Coaching systémique :  comment envisager le coaching dans sa dimension globale systémique, au-delà de la vision linéaire, consistant à croire que le coaching se limite au contenu de ce qui est dit au travers de quelques pauvres séances ? Commet repérer et utiliser les échos systémiques ? Comment envisager le coaching dans une acception plus vaste que le pur et dur « travail sur les objectifs » ? Où situer le coaching systémique dans une écologie globale de l’être humain…

Le coaching systémique – définition

Le coaching systémique est fondamentalement le coaching du client considéré lui-même comme un système, et appréhendé dans ses interactions avec d’autres systèmes de son environnement. Expliquons-nous : Le client est un système, c’est-à-dire un ensemble d’éléments en interactions au sein d’une même unité de logique, qui donne une cohérence à son tout. Cette cohérence est relative et provisoire. Si elle est nécessaire pour offrir de la stabilité, elle doit pouvoir aussi s’adapter pour faire face aux changements de l’environnement. Le coaching systémique envisage les moyens habiles de cette stabilité et de ces ajustements.

3 principes du coaching systémique

Imaginez un instant que pour comprendre le paragraphe ci-dessus, nous le découpions d’abord en phrases distinctes, ensuite en mots séparés, et enfin en lettres.  Pour être efficace, il serait ensuite utile de regrouper les lettres similaires, et pourquoi pas enfin les réorganiser par catégories en tenant compte par exemple de leur hauteur et/ou de leur largeur afin d’attentivement les étudier et ainsi acquérir une certaine expertise sur leur qualités intrinsèques.

Cette approche caricaturale illustre clairement que le sens d’une partie d’un ensemble est immédiatement perdu dès que l’on sort cet élément de son contexte.  Au-delà du paragraphe en question, de la page sur lequel il figure et même du livre dont cette dernière pourrait faire partie, le sens des mots ci-dessus n’existe qu’au sein d’un contexte.  Celui-ci comprend un cadre de référence collectif, par exemple « la culture française », qui peu ou prou véhicule une communauté de sens attribués à un ensemble de signes, organisés en mots, eux-mêmes en relation.  Segmentés et pris hors contexte, ces « signes » ne ne signifient plus rien.  Ils ne veulent rigoureusement plus rien « dire ».
 Par conséquent, si une approche fragmentaire ou « par segmentation » peut paraître efficace aux yeux de « scientifiques » ou d’experts, elle peut expliquer sans trop de difficultés la raison évidente pour laquelle notre société aboutit à un certain nombre d’impasses relativement coûteuses.

Le coach et le client font système

Dans la perspective du coaching systémique, le coach n’est pas extérieur au système client, il en fait partie intégrante et en représente même un atout. Bien sûr le coach n’est pas un « intime » du client : il ne fait pas partie de son équipe, il n’est pas un ami ou un membre de la famille… Mais le coach est un « influenceur positif », une ressource que le client sollicite délibérément pour qu’elle stimule sa réflexion et les ressorts de sa dynamique interne de progrès. C’est en étant engagé chacun au coeur de la relation de coaching que le client et le coach provoquent l’effet coaching, grâce au miroir offert à l’un par l’autre.

coaching systémique

Dans cette perspective, le coach reconnaît en lui les résonances avec différents éléments du système client. Par exemple : le thème évoqué par ce client peut concerner le coach, qui peut vivre ou avoir vécu des situations analogues dans sa propre vie.

Un tel phénomène de « reflet systémique » peut survenir et être identifié par le coach comme un miroir à tendre à son client (un reflet systémique est le renvoi du tout dans chacune des parties de ce tout). C’est donc dans la situation présente, que se joue l’effet coaching. Pendant la séance, lorsque le client expose son cas et illustre les difficultés avec lesquelles il est aux prises, celles-ci s’illustrent dans la relation au coach. Exemples :

En les remarquant, le coach peut agir sur les échos systémiques en les montrant au client. Le client dès lors peut s’en déprendre, et envisager sa situation autrement, apercevoir d’autres perspectives qui offrent d’autres options de solutions.

Synchronicité et coaching systémique

Des événements sans lien apparent, mais survenant au même moment ont déjà ce point commun temporel. Le fait de les rapprocher les uns des autres, peut faire émerger un sens qui éclaire les deux d’une perspective nouvelle. Il ne s’agit pas là d’une façon mystique de voir des signes partout, mais simplement d’utiliser tout son environnement pour se laisser inspirer par des intuitions appartenant à un autre régime que celui de la rationalité ordinaire.

Comment agit le coaching systémique ?

Justement par l’interaction.

Le coaching systémique, agissant au coeur de la relation end e la séance, ici et maintenant, va ensuite infuser entre les séances, quand le client distille et digère ce qu’il y a vécu de profond. Egalement, lorsque le client met en oeuvre le plan d’actions qu’il a élaboré avec son coach, il y a des répercussion sur le système client et des réactions de ce dernier, qui viennent modifier le plan. D’une séance à l’autre, le coaching systémique ajuste les actions en fonction des retours d’expérience. De son côté, le coach est inspiré par ses clients, et tout en respectant la confidentialité, le coach fait bénéficier à ses clients les niveaux de profondeur qu’il a découverts en lui au contact de ses autres clients. C’est un apport mutuel permanent, un bon exemple de « cross-fertilisation ».

Exemples d’application du coaching systémique

Les effets du coaching systémique

Bien sûr le coaching systémique vise spécifiquement des résultats contractuels, mais comme le travail porte sur l’ensemble du système client, et qu’il en modifie à la fois la logique interne et les interactions, intérieures et extérieures,  il n’est pas rare que le client se rende compte de changements positifs dans plusieurs domaines de sa vie : autant professionnelle que personnelle. le coaching systémique embrasse large et éclabousse le client à 360°, si je puis dire… C’est cela qui est passionnant et qui fait la valeur très recherchée d’un coaching puissant. Si vous me permettez cette comparaison : quand vous touchez au logiciel interne, ce sont toutes les fonctionnalités du système qui sont optimisées… A ce titre, le coaching systémique apporte des ressources nouvelles et rafraichissantes, qui profitent au client bien au-delà des thèmes sur lesquels portent les séances. Ainsi, un coaching de prise de poste peut ouvrir sur un niveau de profondeur inattendu qui met en contact avec des émotions personnelles qui bossent l’énergie du client, un coaching de leadership peut permettre de prendre du recul sur le sens de sa vie professionnelle, un coaching de performance pourra déboucher sur des prises de conscience spirituelles,  etc… Les exemples du contraire sont plutôt rares.

Liens sur le coaching systémique :

Un bon article d’Alain Cardon sur le coaching systémique, évoque les questions récursives, qui invitent le client à développer son empathie en l’interrogeant sur les absents, ceux dont il ne parle pas pendant une séance.

Les Questions Récursives en coaching systémique

La technique du questionnement « circulaire » ou l’art de poser des questions récursives, fait partie intégrante de la panoplie du coach systémique. A l’origine, ce type de questionnement est issu de la pratique de thérapies familiales.  Dans ce contexte, elles sont posées dans un environnement collectif, famille ou équipe, au sein même du « système » en situation d’accompagnement.

Ces questions peuvent toutefois être posées à un client individuel. En utilisant les mots ou expressions du client individuel, les questions récursives concernent sa perception des interactions entre certains acteurs absents, partenaires plus ou moins significatifs au sein de son système.

Exemples:

  • Que fait Daniel en réunion lorsque Diane et Jean monopolisent la parole avec leurs arguments concernant les priorités de leurs départements respectifs ?
  • Lorsque vos deux enfants se disputent et que vous intervenez, que fait votre mari ?
  • Lorsque les discussions s’enlisent sur l’origine des problèmes que vous rencontrez, quelles sont les premières personnes qui recentrent l’équipe sur la recherche de solutions ou sur des plans d’actions?
  • Pouvez-vous donner l’ordre décroissant du niveau de participation des membres de votre équipe lors de vos réunions mensuelles?
  • Supposez que toute votre équipe se mobilise pour réduire les dépenses, quel sera la personne la plus résistante à ce changement?

Ces questions ouvrent des perspectives au client et contribuent à élargir son cadre de référence et enrichir son filtre mental.

Paul-Devaux-profile-picture

Paul Devaux

Coach professionnel

Depuis 25 ans, Paul pratique le Coaching professionnel en entreprise, dans une approche systémique. Accrédité à la Société Française de Coaching en 2008, il est également formateur et superviseur de Coachs depuis 2010. Egalement fondateur d'une école de coaching (voir NRGY-trainig.fr).

Articles similaires

Parce que vous avez peut être envie d'approfondir d'autres sujets

Situation complexe : simplifiez l’équation …

Quand une situation complexe devient trop compliquée, la meilleure solution est peut-être de « simplifier l’équation » : réduire le nombre de paramètres, aller à l’essentiel, prendre en compte d’abord le plus important et ne pas prêter ...

lire la suite arrow-read-more

Les 4 niveaux d’autonomie

Les 4 niveaux d’autonomie se déduisent du croisement de deux axes : Niveau de Motivation et Niveau de Compétence Dans cet article nous allons caractériser les 4 niveaux d’autonomie, pour que vous puissiez reconnaître et ...

lire la suite arrow-read-more

Entretien de délégation

L’entretien de délégation sert à accompagner vos collaborateurs au plus près de leur réalité lorsque vous souhaitez leur faire atteindre une performance. C’est à dire lorsque vous les accompagnerez hors de leur zone de confort ! Accompagner une personne dans ...

lire la suite arrow-read-more