Comment trouver sa place, trouver sa vocation, sa raison d’être, la « mission » qui vous rendra utile et heureux ? Quand vous faîtes un travail qui vous plaît, le temps passe vite, vous ne souffrez pas trop de la fatigue, et les contraintes ne vous pèsent pas, parce que vous êtes épanoui dans ce que vous faîtes, et vous vous rechargez en énergie et inspiration dans votre travail. Trouver sa vocation, sa place au monde, à partir de laquelle on crée de la valeur avec plaisir est une nécessité, pour réussir sa vie (si cette expression signifie quelque chose…).

Pourquoi trouver sa vocation ?

Trouver sa vocation, vous trouver un nouveau métier qui vous convienne, qui vous intéresse, un métier qui vous procure du plaisir, qui soit aligné avec vos valeurs profondes, un métier qui ait un sens, qui serve à quelque chose… C’est normal et légitime d’aspirer à trouver sa vocation. Mais ce n’est pas toujours aussi évident :

Comment trouver sa vocation ?

L’argent que l’on gagne dans un métier est utile, mais il doit venir par attraction naturelle, quand on exerce un métier qui nous plaît, et qui crée de la valeur pour autrui, tout en nous procurant de la satisfaction.

En fait, tout est une question d’attitude :

Si vous faites ce que vous aimez faire, que vous êtes compétent, et qu’en plus vous êtes payé  pour cela, vous ajoutez la PASSION au côté professionnel. 

C’est confortable et valorisant, mais sans aucune utilité pour le monde, vous risquez de vous sentir inutile et de vous adonner à une activité qui n’a pas de sens…Honorer ses ambitions, est un passage nécessaire, pour savoir ce qu’il en est (et aussi ce qu’il en coûte). Et atteindre un certain niveau de réussite, éventuellement exceptionnel n’est pas un mal en soi.

Bien au contraire, si c’est dans votre vocation d’exercer une activité où on gagne plein d’argent, où on devient célèbre, où on est admiré par les autres. Pourquoi pas ? C’est peut-être amusant par certains cotés, en tous cas un certain temps, avant que cela n’apparaisse éventuellement comme très lourd et inutile ? Et on peut aussi s’y sentir très bien toute la vie.

Regardez les grands artistes (du moins ceux qui sont célèbres), ils ne prennent jamais leur retraite, et pourtant ils ont suffisamment de gloire et de fortune. Mais ils aiment leur métier !

Nota : Ils supportent plus ou moins bien la célébrité. Certains adorent ça. S’ils l’aiment plus même que leur métier… c’est qu’ils auraient peut-être pu devenir encore meilleur dans leur art s’ils avaient davantage laissé leur ego de côté, au profit de leur passion véritable.

Questions de coach

De vos réponses aux questions suivantes, vous pourrez déduire quelle pourrait être votre « mission » dans la vie. Osez voir grand dans vos réponses. N’ayez pas peur du ridicule, personne ne lira vos pensées…

Ces questions de coaching et d’autres encore, nous vous les proposerons pour accompagner votre réflexion sur votre vocation. Mais, vous savez, on peut réfléchir tout seul très longtemps, mais en restant dans son jus, on n’avance pas beaucoup !

Si vous souhaitez travailler quelques séances avec un coach, vous passerez très vite à l’action, parce que la solution à vos questions se trouve dans l’action, dans le mouvement, dans la relation et le dialogue, plus que dans la réflexion solitaire…

Trouver sa vocation en 4 étapes

La vocation implique quelque chose qui dure toute la vie, ce qui donne un peu le vertige et en même temps fait rêver… C’est trop beau pour être vrai, on n’ose pas toujours y croire !

Et pourtant ne pas trouver sa vocation c’est être sûr de rater en partie sa vie. Alors osez vous poser les questions, que risquez-vous ? Au pire, vous réussirez votre vie en étant épanoui dans un travail qui vous correspondra bien !

1- Vos atouts spécifiques, vos points d’appui

2- Votre vocation professionnelle

3 – Cap sur les étoiles – Quels sont vos rêves ?

Ecoutez votre coeur. trouver sa vocation n’est pas une démarche rationnelle. Vous devez « sentir » ce que vous aimeriez vraiment, ce qui vous ferait vous sentir vraiment vivant et utile. Identifiez vos grands rêves. La vie professionnelle est en effet le moyen de se créer la vie rêvée. Encore faut-il savoir de quoi vous rêvez…

4- Votre attitude vers le succès

Votre attitude envers la notion même de réussite est déterminante pour oser trouver sa vocation. En coaching, on peut travailler sur le filtre mental pour élargir son cadre de référence, qui sur détermine les évènements de sa vie.

Si vous voulez bénéficier de nouvelles opportunités, osez réfléchir à votre fonctionnement et remettre en question certaines attitudes et pensées toxiques.

Vous avez le droit de réussir, et d’être heureux, comme les autres. A vous de vous en donner les moyens, car personne ne pourra le faire à votre place. Il faut sans doute sentir et réfléchir un peu, etc puis prendre quelques décisions et vous engager dans l’action, en faisant quelques essais…

Un coaching pour choisir sa vocation

Trouver sa vocation est nécessaire : reconnaître nos goûts, nos affinités, nos aspirations profondes et nos talents innés, ça c’est vraiment utile ! En faisant cela, vous honorez votre nature profonde.

Au lieu de marcher à côté de nos pompes, dans des métiers qui ne nous plaisent pas et ne sont qu’alimentaires, on va pouvoir trouver son chemin vers ce qui nous épanouit.

Êtes-vous de ce genre de personne qui se demande régulièrement si elle ne va pas changer de métier, ou qui finit par s’ennuyer dans ce qu’elle fait ?

Un coaching pour trouver sa vocation s’adresse à tout ceux qui pressentent qu’ils ne sont pas encore dans leur axe, que leur vie actuelle ne les satisfait pas complètement : aussi bien à des étudiants qui n’ont pas encore choisi leur voie, qu’à des personnes en reconversion qui s’interrogent sur leur projet, ou simplement à des personnes qui ne sont pas satisfaites de leur situation actuelle et voudraient bien faire autre chose dans la vie…

Même si vous ne le savez pas encore, vous êtes complètement responsable de là où vous êtes, et vous êtes aussi responsable de là où vous allez choisir d’être à partir de maintenant.

Il s’agit de co-créer entre vous et l’univers (ou plus modestement : vous et votre entourage) le chemin qui vous rapproche sans cesse de votre axe et de votre vocation.

N’hésitez pas à nous contacter pour faire connaissance et approfondir cette question de trouver sa vocation.

Parler à un coach :

Avec un coach, vous allez recevoir des questions qui vont vous stimuler, vous faire réfléchir sur vous-même, vous donner du miroir qui va vous permettre de vous voir et aussi de regarder là où habituellement vous ne regardez jamais (parce que vous êtes conditionné – on l’est tous-, parce que vous ne vous autorisez pas à imaginer que par là ce serait possible pour vous, parce que vous n’y avez jamais pensé tout simplement, parce que vous estimez que c’est inaccessible ou que vous ne le méritez pas, ou que sais-je…).

Vous allez faire un inventaire, très court, des évidences et des aspirations de fond qui s’imposent à vous. Seul, ce n’est pas facile, tandis qu’avec quelqu’un de bienveillant et qui nie vous juge pas, et dont c’est le métier (c’est sa vocation justement, donc il le fait avec plaisir, et parfois avec talent), vous allez :

Aller plus loin sur trouver sa vocation :

Etre serein, trouver la paix intérieure ?

C'est beaucoup plus simple que vous ne l'imaginez. Quelques séances de coaching peuvent vous aider à vous recentrer, à y voir clair et à prendre quelques décisions salutaires. Ne restez pas seul(e) avec votre difficulté. Voyez courageusement comment la résoudre, ou comment vivre avec !

Voyons ce qu'on pourrait faire ensemble...

Le plus dur est fait

Si vous liez cette page, le plus dur est fait. Vous avez déjà descendu dans le malaise, vous l’avez déjà repéré, vous avez déjà posé la question, et vous commencer à vous renseigner sur les solutions possibles. Vous êtes donc déjà passé par plusieurs phases :

La vocation, ce n’est pas l’ambition

J’aimerais comparer les deux notions proches mais distinctes de : vocation et ambition. L’enjeu de cette distinction est de taille. Il en va de la réussite de votre vie, selon que vous poursuivez vos ambitions ou que vous êtes fidèle à votre vocation. Les deux peuvent être compatibles, mais pas forcément. En tous cas il faut voir clairement la différence pour le savoir.

Le mot « vocation » vient du latin “vocatum” qui signifie, appel, exhortation, invitation. Il désigne plusieurs significations superposées assez proches les unes des autres :

  1. Mouvement intérieur ressenti comme un appel de Dieu à se consacrer à son service (sens religieux du terme)
  2. Inclination que l’on ressent pour un état (Exemple : Le statut d’entrepreneur individuel semble en contradiction avec une vocationde capitaine d’industrie milliardaire)
  3. Disposition, talent.
    • (être poussé par la vocation, exercer son métier par vocation) ,
  4. Fonction supérieure que l’on croit devoir remplir pour des raisons morales ou transcendantes. (Exemple : La vocation de l’homme est d’être utile à ses semblables…)
  5. But, utilité, fonction, raison d’être (voir à ce sujet : un jeu de teambuilding pour expliciter la raison d’être d’une équipe).

Et l’ambition ?

Le mot vient du latin “ambitum” qui faire le tour, englober, faire campagne (électorale) pour obtenir des suffrages. Il désigne plusieurs significations superposées assez proches les unes des autres :

  1. Recherche d’honneurs, de gloire, d’élévation sociale, de distinction. (Exemples Contre carrer l’ambition d’un rival, être une personne dépourvue d’ambition, nourrir des ambitions secrètes, etc…)  
  2. Motivation pour améliorer une situation (voir : “Rebooster la motivation“, et “Motiver une équipe“)

Vocation et ambition, ça se ressemble un peu. Les deux notions portent en germe un désir du futur, mais elles sont empreintes de deux dynamiques diamétralement opposées :

Introspection et discrimination

La plupart des gens ne font aucune distinction pratique en eux entre vocation et ambition, ils se contentent de mettre un pied l’un devant l’autre, et de faire du sur place en s’imaginant qu’ils avancent…

Tels des automates, ils connaissent les différentes étapes d’une vie, propulsés par des désirs, aspirés par des rythmes biologiques, qui les poussent à vouloir telle ou telle chose et à s’agiter pour qu’elles leur adviennent.

Tout cela est absurde, évidemment.

Ceux qui s’en rendent compte se mettent en chemin pour s’individualiser et trouver davantage de sens à cette comédie burlesque qu’on appelle “la vie”. Au début de notre vie, nous portons les deux forces emmêlées en nous :

Une jeune femme ou un jeune homme semblent être propulsés dans leur vie, qui les prend à l’aube de leur parcours et les recrache à son crépuscule comme le ferait une baleine qui les aurait avalés, en leur laissant peu de loisir pour s’éveiller de l’état de veille ordinaire. Il s’agit d’un état de torpeur ordinaire, où on ne se pose aucune question sur soi. Généralement, on n’en a pas le temps…

Et on a trop peur de souffrir du fait des questions sans réponses, et des réponses embarrassantes, qui obligeraient à se remettre en question. Du coup, on s’enlise dans des automatises et des répétitions compulsives. Et on souffre encore plus, à cause de cette forme de refoulement, qui est une véritable trahison de soi-même…  

Envie d’en savoir plus ? Parler à un coach !

Concilier vocation et ambition

Doit-on perdre sa vie à la gagner ?

Pour réaliser ses ambitions, il faut d’abord les nourrir, puis les digérer à force de nombreux efforts. C’est une voie laborieuse, faite de pénibilité, où tout se mérite par la souffrance. Et les résultats sont périssables, il faut sans cesse les défendre.

Cela engendre de la peur (voir : “Comprendre la peur“)… et finalement de la frustration, puisqu’un jour il faut bien que le corps meurt et laisser derrière soi tout son trésor dérisoire…

Nourrir des ambitions dans la vie, au détriment de sa vocation profonde, est une ineptie à mes yeux. On vous dira partout dans la littérature du développement personnel qu’il faut se fixer des objectifs, qu’il faut voir grand, être ambitieux, etc….

La vraie vie, celle qui se vit dans le corps, instant après instant, n’est pas faite d’autant de “il faut”, qui ne sont que des concepts. La vraie vie ne se vit pas avec la tête (voir à ce sujet l’article : “stopper le mental“).

Faire les choses naturellement, et pas pour un objectif

Tant qu’on travaille « POUR » quelque chose (gagner de l’argent, nourrir ses enfants, préparer l’avenir, rendre ses ascendants fiers de soi, construire une carrière-une réputation,-une entreprise, réaliser des projets, participer à une grande chose, éprouver du plaisir, connaître des satisfactions, être heureux, devenir « quelqu’un »… ), le travail n’est qu’un moyen et non une finalité.

Le travail est donc un passage obligé POUR atteindre un résultat autre que ce travail lui-même.

Tout cela est une contrainte un peu « lourde », dont on se passerait bien. J’en sais quelque chose, parce que ce fut mon expérience pendant des années !… Tant qu’on instrumentalise le travail, qu’on l’asservit à un but, le travail est plus ou moins pénible, même quand il arrive qu’il soit agréable et gratifiant.

Quand je dis que je fais de mon mieux, cela signifie que je donne le meilleur de moi-même, que je me donne totalement dans mon travail, et qu’il ne reste rien de ce qu’on appelle habituellement « moi » dans le feu de l’action. Dans l’action à laquelle on s’adonne, il n’y a pas de “moi” ni aucun autre concept. Dans l’action, il y a une consumation par le feu.

L’action véritable engage la totalité de l’être, il n’y a pas l’espace pour glisser un papier à cigarette entre un pseudo « moi » et l’expérience d’agir. Je ne travaille pas pour quelque chose, je n’écris pas pour vous convaincre de quelque chose ou pour vos intéresser, ou pour vous plaire… je travaille parce qu’il y a une urgence à ce travail, un nécessité à exprimer, je travaille pour la joie de travailler. C’est tout…

(Extrait de l’article : “Pour la joie de travailler“)

Finalement, les ambitions ne servent qu’à mettre une pression inutile. Elles ne sont que l’effet d’une forme de maladie mentale très répandue, consistant à se chercher dans des “réussites”. On ne peut se trouver qu’en soi, tel que l’on est, et absolument pas dans des circonstances ou des évènements extérieurs.

Envie d’en savoir plus ? Parler à un coach !

Trouver la vocation est une nécessité

Trouver sa vocation est nécessaire : reconnaître nos goûts, nos affinités, nos aspirations profondes et nos talents innés, ça c’est vraiment utile ! En faisant cela, vous honorez votre nature profonde.

Au lieu de marcher à côté de nos pompes, dans des métiers qui ne nous plaisent pas et ne sont qu’alimentaires, on va pouvoir trouver son chemin vers ce qui nous épanouit.

Ras le bol des métiers sans âme ?

On dit que certains métiers sont « sans âme », mais c’est nous qui ne mettons pas d’âme dans nos métiers, parce qu’ils ne correspondent pas suffisamment bien à notre vocation. Mozart était Mozart parce qu’il était doué, mais aussi parce qu’il faisait de la musique !

Si Mozart avait dû faire de l’athlétisme, il aurait probablement été médiocre, et sans talent. On ne l’aurait même pas remarqué… Il aurait déprimé et cherché un coach pour se réorienter.

Enfin on le lui souhaite. Si vous voulez vous sentir bien, laissez-vous trouver par votre vocation, et honorez-là en ayant le courage de vous orienter vers une activité qui vous plaise vraiment.

Envie d’en savoir plus ? Parler à un coach !

La vocation profonde se trouve à un carrefour

Trouver sa vocation au carrefour de 4 grandes activités :

Schéma de l’IKIGAI Japonais, qui propose de croiser ces 4 grands domaines pour trouver votre chakra, votre segment de marché où vous allez exceller sans peine et avec plaisir, sans vendre votre âme, sans perdre votre vie à la gagner..

trouver sa vocation

4 ingrédients sont nécessaires pour trouver sa vocation profonde

Envie d’en savoir plus ? Parler à un coach !

Questions clés

  • Quelles démarches entreprendre pour trouver sa vocation professionnelle ?

    Pour trouver sa vocation, engagez-vous dans l’introspection et envisagez un bilan de compétences pour identifier vos talents et aspirations profondes.

    Explorez divers secteurs d’activité et donnez-vous la liberté de tester plusieurs choses avant de véritablement connaître ce qu’il vous faut.

  • Comment le coaching peut faciliter la recherche de votre vocation ?

    Un coach peut vous aider à clarifier vos pensées, vous pousser à sortir de votre zone de confort et à vous engager vers de nouvelles carrières. Ensemble, vous pouvez distinguer soutien, pression et travailler à définir une mission de vie qui résonne avec votre nature profonde.

  • En quoi est-il important de ne pas confondre loisirs et vocation ?

    Votre vocation est ce que vous êtes fait pour exercer comme travail, apportant de la valeur et un sens à vos efforts, tandis que les loisirs sont des activités appréciées en dehors du travail.

    C’est en explorant les deux que l’on peut souvent distinguer un métier-passion.

  • Quel rôle jouent les expériences passées dans la découverte de votre vocation ?

    Vos expériences passées fournissent des indices sur ce que vous appréciez réellement et sur ce que vous êtes naturellement doué pour faire. Elles révèlent les domaines où vous pouvez apporter au monde et vous épanouir.

  • Comment savoir si vous avez des difficultés à trouver votre voie ?

    Si vous ressentez un manque de direction ou si les décisions prises jusqu’à présent ne semblent pas donner de sens à votre vie, cela peut indiquer des difficultés à trouver votre voie, nécessitant une réflexion plus profonde ou l’aide d’un professionnel.

  • Pourquoi devriez-vous envisager un bilan de compétences ?

    Envisager un bilan de compétences permet de faire l’inventaire de vos compétences et intérêts professionnels, aidant à tracer le chemin à suivre pour s’épanouir dans votre vie professionnelle et personnelle.

  • Quelle importance accorder à votre réseau lorsque vous cherchez votre vocation ?

    Fréquenter des personnes partageant vos intérêts est nécessaire car elles peuvent vous offrir un soutien et des opportunités inattendues. Les réseaux comme LinkedIn permettent de vous connecter à une communauté professionnelle, d’accroître votre visibilité et de découvrir des pistes qui peuvent aller dans votre sens pour vous aider à trouver votre vocation.

    Cela vous permettra également de recevoir des conseils et des idées de personnes qui ont peut-être suivi un chemin similaire au vôtre.

Paul Devaux

Coach professionnel

Depuis 25 ans, Paul pratique le Coaching professionnel en entreprise, dans une approche systémique. Accrédité à la Société Française de Coaching en 2008, il est également formateur et superviseur de Coachs depuis 2010. Egalement fondateur d'une école de coaching (voir NRGY-trainig.fr).

Articles similaires

Parce que vous avez peut être envie d'approfondir d'autres sujets

L’assise silencieuse

L’assise silencieuse est une pratique efficace et assez facile à mettre en ouvre. Un manager, qui est sans cesse confronté à l’action, aux difficultés et au stress, a peut-être encore plus besoin que d’autres, de quelques instants quotidiens ...

lire la suite arrow-read-more

Calmer le mental

Calmer le mental n’est pas facile, et pourtant il existe des petits trucs simples, qui permettent d’aérer un peu l’esprit. Nous allons en partager quelques unes… Questions clés Quelles démarches entreprendre pour trouver sa vocation ...

lire la suite arrow-read-more

Etre heureux au travail

Qu’est-ce qui fait qu’on peut être heureux au travail ? La même chose qui fait qu’on est heureux dans la vie… Que ce soit au travail ou ailleurs, tant qu’on a besoin de quelque chose ...

lire la suite arrow-read-more