Ce n’est pas toujours facile de motiver le personnel dans une équipe. Il y a des moments où tout va tout seul, et parfois c’est lourd, tout semble coller et peser, tout ce qu’on fait semble échouer, et quoi qu’on fasse, il semble qu’on ait toujours tort… C’est qu’il est temps de changer quelque chose. Motiver une équipe, c’est votre job de manager-coach d’équipe. C’est de votre ressort de renforcer le sentiment d’appartenance, et de prendre soin de la cohésion du groupe. Voici donc 10 « conseils » pour vous aider à mobiliser la motivation de votre équipe.

  1. Valorisez votre équipe quand vous en avez l’occasion, exprimez votre fierté : félicitez, remerciez, soyez généreux en feed-back positif ! C’est votre métier, non ? C’est comme ça que vous ferez le mieux grandir vos équipiers.
  2. Cultivez fondamentalement un regard positif : regardez les accomplissements et les réussites, ainsi que les progrès, au lieu de vous focaliser uniquement sur les problèmes et ce qu’il reste à faire…
  3. Permettez à vos collaborateurs d’être visibles, favorisez leur promotion… N’hésitez pas à céder vos meilleurs éléments, pour leur permettre de créer de la valeur ailleurs dans l’entreprise. Ce seront des alliés au sein de votre réseau, qui vous en seront reconnaissants (parfois pendant toute votre carrière). Et, peu à peu vous serez reconnu pour être un développeur de talents et un gros contributeur de la réussite de l’entreprise, non seulement par les résultats de sa propre équipe, mais aussi par tous les hauts potentiels qu’il a su détecter, former et promouvoir…
  4. Soyez également capable de dire quand cela ne va pas, capable de dire non, capable de recadrer les dérives. Il vaut mieux le faire mal que de ne pas le faire… (voir : reproche ou recadrage)
  5. Séparez vous des personnes avec qui le courant ne passe pas. Ne faites pas d’acharnement thérapeutique. Entourez-vous bien, « vous le valez bien »… Quand ce sera un honneur pour vos collègues de faire partie de votre équipe, vous saurez que vous avez réussi à motiver une équipe !
  6. Osez des relations authentiques. Ne faîtes pas semblant, soyez vous-même, sans chercher à faire la danse du ventre pour plaire et être aimé, reconnu, etc… Laissez ces préoccupations à ceux qui ont du temps à perdre et concentrez-vous sur ce qui crée vraiment de la valeur pour l’équipe et les clients !
  7. Donnez-vous complètement à l’action et lâcher prise sur le résultat ! Oui vous avez bien lu : ne lâchez pas les objectifs mais ne vous occupez que de l’action, en retirant toute pression sur le résultat. Si vous êtes lucide et honnête, vous savez bien que le résultat ne dépend pas de vous. En revanche, l’action ne dépend que de soi !
  8. Sachez décider et assumer vos responsabilités. Osez prendre des risques. Réfléchissez le temps qu’il faut avant de prendre des décisions, mais de grâce : prenez-en ! Evaluez votre « performance » au nombre de décisions que vous prenez en une journée, et à chaque réunion. Et évaluez la qualité de ces décisions, ainsi que leur bonne mise en oeuvre. Faites cela et rendez des comptes sur ce point à votre équipe (y compris de vos erreurs). N’ayez pas peur d’être vulnérable (assumez plutôt votre vulnérabilité comme l’expression de votre force intérieure),. Faisant ainsi, vous serez vraiment exemplaire !
  9. Obligez vos collègues à venir vous trouver avec des éléments de solutions. Refusez catégoriquement d’entendre parler de problèmes, si il n’y a pas en face une réflexion sur les moyens d’avancer. Vous ne payez pas vos collaborateurs pour qu’ils vous expliquent pourquoi les objectifs sont inaccessibles mais comment les rendre atteignables. Vous n’êtes pas payé pour recevoir des seaux d’eau sale sur la tête, tandis que les autres se déchargent de leurs problèmes sur vous . Vous êtes payé pour les aider à trouver leurs solutions et à réussir à les mettre en oeuvre, eux-mêmes !
  10. Laissez tomber les teambuildings, et autres trucs humanistes où on fait semblant de s’entendre pendant qu’on fait joujou, et où on reprend toutes ses mauvaises habitudes à la sortie ! Par contre, c’est vraiment une bonne idée de motiver une équipe en organisant des séminaires de fond pour faire participer votre équipe à la réflexion stratégique. Consultez votre équipe sur des questions clés en pensant à animer un débat transverse d’une demi-journée une fois par mois.

Faire un brief du matin original : réunion debout – 15 minutes chrono !

Il est important de motiver votre équipe dès le matin, pour partir du bon pied et engager une forte envie de travailler ensemble pour dépasser les objectifs du jour. Voici quelques idées pour vous permettre de faire votre marché. Réunissez-vous en équipe, un quart d’heure hyper efficace, debout autour d’un café (ou à distance pour ceux qui sont en télétravail). Faites le tour des sujets à traiter dans la journée et de challengez vos collaborateurs sur des priorités simples, pour focaliser leur énergie. Chacun peut aussi présenter son travail de la veille et son avancement sur le projet. Cela permet à chacun de savoir où en sont les autres et de se positionner dans le projet global. Ce point éclair et opérationnel est très stimulant et très motivant pour une équipe.

Coaching d'équipe

A ce stade de votre réflexion, il serait peut-être bon que nous nous parlions directement de la situation de votre équipe. En une demi-heure, nous allons pouvoir caractériser votre besoin et nous orienter vers l’offre de coaching la plus adaptée.

Contact par téléphone

Incarner les valeurs du projet d’entreprise et portez la vision

Quelle est notre mission, quelle valeur cherchons-nous à créer pour nos clients ? Il est bon de se rappeler périodiquement ces évidences qu’on finit par perdre de vue. Se souvenir que la finalité de tel projet s’inscrit dans la stratégie globale de l’entreprise est une saine mesure, qui permet de redonner du sens au travail. Pour motiver votre équipe, il faut avoir une vision globale et être capable de la partager. Vos collaborateurs accèdent à une compréhension générale de l’intérêt de leur travail, ce qui entretient la motivation, même pour des tâches rébarbatives. En amont de la dimension opérationnelle du travail, le projet et les valeurs de l’entreprise sont déterminants pour générer la motivation de l’équipe. C’est un des fondamentaux du management de bien comprendre cela : les salariés recherchent par dessus tout, un travail porteur de sens dans une entreprise avec laquelle ils partagent de fortes valeurs. C’est en incarnant les valeurs de fond, que vous fidéliserez à long terme vos collaborateurs.

Faire participer pour susciter l’adhésion plutôt qu’imposer

Imposer des règles de fonctionnement sans l’aval des membres de l’équipe est parfois nécessaire, notamment en cas d’urgence. Cela permet parfois d’obtenir des résultats sur le court terme. Mais, le style directif s’avère rapidement néfaste pour la motivation et la confiance du personnel si vous y recourez trop systématiquement. Le mieux c’est de solliciter l’expression des salariés, d’écouter les avis, de les faire réfléchir ensemble, pour analyser les problèmes techniques, débattre des meilleurs solutions, co-construire des décisions communes. Cela prend certes un peu de temps, mais c’est un investissement. Cela booster l’engagement et renforce l’adhésion. En organisant des points individuels et collectifs, vous serez en mesure de réagir si vous percevez une baisse de motivation. L’objectif de ces réunions intermédiaires est simple : prendre soin du moral des troupes, montrer votre intérêt pour les personnes et les projets, effectuer un bilan, accompagner et encourager les progrès, remettre sur les rails si besoin. Aujourd’hui, les collaborateurs souhaitent être partie prenante des réflexions et décisions. Ouvrir le dialogue est un important levier de motivation. Laisser la parole aux membres de votre équipe, est un moyen efficace de remporter leur adhésion. Ainsi le management participatif permet-il d’accroître la motivation des hommes et des équipes. Profitez-en pour montrer votre enthousiasme en adoptant une attitude positive. Parlez de points d’amélioration plutôt que de problèmes, puis envisagez les solutions possibles.. Une équipe qui travaille beaucoup pour décrocher un contrat ou finaliser un projet a besoin de se sentir reconnue et d’être récompensée. En fonction du défi relevé, il peut s’agir d’un repas au restaurant, d’une prime, d’un jour de congé accordé en compensation des heures supplémentaires de travail. Tout cela contribuera à entretenir la motivation.  A défaut de cela, vous démotiveriez très vite vos collaborateurs !

Comment motiver une équipe difficile, qui traverse une crise ?

Inutile d’attendre. Les voyants oranges et rouges s’allument sur le tableau de bord et la panne à venir ne va se résoudre toute seule. Le mieux est d’arrêter le véhicule le plus rapidement possible, tout en respectant certaines conditions : – prendre le temps nécessaire Que vous décidiez de traiter la lourdeur que vous ressentez immédiatement (en remettant à plus tard l’ordre du jour prévu pour votre réunion) ou en organisant une réunion spécifique dans les plus brefs délais, vous devez avoir la possibilité de laisser éventuellement dériver le timing de cette réunion. En effet, c’est l’une des rares fois où nous vous proposerons de passer par un état provisoirement négatif avec votre équipe. Des choses, parfois difficiles, vont être dites. Dès lors, il n’est pas imaginable de reprendre le cours de la vie normale de l’équipe après cette pause, sans avoir recréé la confiance au sein du groupe. Ce qui nécessite de trouver des points d’accords et à minima des pistes de solutions à mettre en œuvre collectivement. A défaut, votre réunion pourrait fort ressembler à une opération chirurgicale interrompue en plein milieu, un peu comme si un médecin empêché d’aller au bout, laissait repartir son patient sans l’avoir recousu … – disposer du cadre adéquat (voir notre article : “importance du cadre en coaching“) D’autre part, de même que pour un entretien méta ou de résolution de conflit individuel, il est important de disposer d’un cadre permettant l’expression des non-dits, tout en veillant à ce que celle-là soit la moins excessive possible. Idéalement installés dans des fauteuils confortables, disposés en cercle, sans table au milieu, vous essaierez en tout cas de faire au mieux avec vos possibilités actuelles (par exemple si ce sont des chaises…cela fonctionne aussi !). Cette petite « théâtralisation » aide les participants à sentir, symboliquement au moins, qu’ils rentrent dans un exercice différent de celui qui se pratique habituellement. Repensez à la fameuse « bulle psychologique » de chacun. Plus l’émotion risque d’être forte, plus est important que chacun puisse « respirer » à son aise, s’enraciner dans son siège, prendre un peu de recul et de distance par rapport aux autres … A commencer par vous-même ! – valider l’intérêt pour le groupe Nous avons dit qu’il fallait « rétablir » la relation là où elle était endommagée. Il faut donc s’assurer que le malaise que vous ressentez concerne bien tout votre équipe et pas seulement 2 ou 3 personnes, dont vous feriez éventuellement partie. L’un des risques de la régulation pourrait en effet être de nourrir et de répandre des rancœurs qui ne concernent que certains, en les étalant aux yeux de tous. Si vous avez un doute, procédez éventuellement à des « mini interviews » informels pour mieux délimiter le champ de la régulation et en valider l’intérêt (la nécessité plutôt ?). – prendre en compte l’état émotionnel de votre groupe Si l’évènement déclencheur du malaise dans votre groupe est très brusque et violent (par exemple l’annonce d’un changement soudain ayant des conséquences humaines importantes pour chacun), il se peut que l’émotion soit trop forte dans le groupe pour qu’un quelconque travail de construction puisse se faire immédiatement. Dans ces cas plutôt exceptionnels, votre rôle sera uniquement d’accuser réception de l’état émotionnel de votre groupe. La démarche se fait en trois temps :

  1. Rappel du contexte et des enjeux de cette expression canalisée (et non pas « expression libre ». Il convient en effet de préciser le cadre de cette expression et ce qui n’en fait pas partie. Indiquer aussi des règles de bonne conduite et de communication efficace pour favoriser la meilleure intégration des échanges).
  2. Posez une ou deux questions ouvertes, proposer un temps de réflexion péronnelle et inviter chacun à prendre la parole au sein d’un tour de table, où chacun écoute celui qui a la parole, sans intervenir. Seules des questions de compréhensions seront possibles à la fin de chaque prise de parole, mais en aucun cas, un débat contradictoire. Il ne s’agit donc pas que le groupe réagisse « librement » à la prise de parole de chacun. Il s’agit d’un partage des représentations pas d’une « discussion à bâtons rompus »…Soyez à l’écoute, prenez des notes, éventuellement, visualisez des points clés au paperboard, pour aider à fixer l’attention, encourager l’expression en démontrant votre intérêt, garder une trace commune de la parole échangée.
  3. Reformulez l’ensemble des points clés, si possible en reprenant les mots employés. Faîtes-en une courte synthèse. Dites que vous comprenez les faits, les interprétations de chacun et les sentiments sous-jacents. Rappelez que ceci constitue la première étape d’une démarche résolutoire, et indiquez-en la suite. Remercier pour la parole courageuse et l’effort d’authenticité.

A la fin de cette séance collective courte de régulation des relations de travail, vous prendrez rendez-vous pour une réunion suivante dans les jours qui viennent, idéalement le lendemain, à la fois pour battre le fer pendant qu’il est chaud, et pour ne pas laisser s’envenimer davantage la situation.   Voici un article plus développé pour plus de détails sur la manière de conduire une réunion de régulation des relations de travail.

Paul-Devaux-profile-picture

Paul Devaux

Coach professionnel

Depuis 25 ans, Paul pratique le Coaching professionnel en entreprise, dans une approche systémique. Accrédité à la Société Française de Coaching en 2008, il est également formateur et superviseur de Coachs depuis 2010. Egalement fondateur d'une école de coaching (voir NRGY-trainig.fr).

Articles similaires

Parce que vous avez peut être envie d'approfondir d'autres sujets

Conflit extérieur, conflit intérieur

Comment se sortir d’un processus de conflit et de dispute ? Comment désengager l’équipe (ou soi-même) de ce tourbillon, qui entraîne les meilleurs vers le fond ? Comment guérir de cette maladie mentale, qui consiste ...

lire la suite arrow-read-more

Trouvez le swing authentique

Qu’est-ce qu’un swing authentique ? Dans l’extrait suivant du film « La légende de Bagger vance », on voit comment le champion de golf entre dans un état de présence pour réussir son swing authentique. Comment le ...

lire la suite arrow-read-more

Fiche technique : Feed-back et Feed-forward

Tout le monde connaît le Feed-back, qui est un retour à l’autre sur l’effet qu’il a produit. Synonyme de rétroaction et de rétrocontrôle. Action exercée sur les causes d’un phénomène par le phénomène lui-même. (Larousse) ...

lire la suite arrow-read-more