Quels liens y a-t-il entre thérapies énergétiques et coaching de l’énergie ? Quelles sont les similitudes et les différences entre ce qu’on appelle : thérapies énergétiques et coaching opérationnel centré sur l’énergie ? A titre d’illustration de notre propos, nous allons d’abord envisager de décortiquer sommairement le processus de certaines thérapies dites énergétiques. Sans en être des spécialistes, nous partagerons en candide ce que nous avons compris de leurs grandes lignes. Nous prendrons les  exemples de :

Et mous évoquerons également en filigrane certains aspects du yoga et du Qi gong traditionnels. Bien sûr des experts qualifiés pourraient corriger, compléter, et développer mieux que nous les quelques lignes que nous allons vous proposer. Nous espérons qu’ils le feront. Nous ne parlons que depuis notre propre expérience et recherche dans ces domaines. En ce qui me concerne, voila plus de trente cinq ans que je m’intéresse à ces sujets et j’ai eu l’opportunité de pratiquer certaines des ces techniques avec plus ou moins d’intensité. Cela ne nous confère aucune autorité en la matière, mais simplement quelques intuitions, que nous partageons au travers de cette synthèse rapide et personnelle, qui ne prétend à rien d’objectif et d’universel. A vous d’exercer votre esprit critique et surtout de pratiquer, de faire par vous-même vos propres expériences et d’en déduire ce que vous voudrez à partir de vos impressions et sensations. Après quoi, pour ne pas trop charger ce texte-ci, dans un prochain article, nous comparerons les points clés de ces approches avec les grands principes du coaching de l’énergie. Enfin, nous rappellerons quelques aspects de notre pédagogie, alignée avec le coaching de l’énergie, pour que vous puissiez vous faire une idée de ce que vous pourriez vivre en vous inscrivant à l’une de nos formations au coaching de l’énergie :

Le lien entre thérapies énergétiques et coaching fera l’objet d’un webinaire qui sera proposé lundi 9 Avril à 21 heures. Nous vous communiquerons le lien pour vous inscrire ces jours-ci. En attendant voici déjà de quoi vous mettre en appétit, du moins nous l’espérons…

Que signifie le mot thérapie ?

Dans cette vidéo, Jean-Yves Leloup explique que la Grèce antique a vu émerger au premier siècle de notre ère une secte dite des « thérapeutes », initiée par un certain Philon d’Alexandrie, qui enseignait à ses disciples comment « prendre  soin de l’être » d’une manière globale.

Contrairement à la médecine moderne qui sectarise, cloisonne, et spécialise au point qu’un expert de l’orteil du pied droit aura peut-être du mal à soigner le même orteil sur le pied gauche, à l’origine être thérapeute, c’était prendre soin de l’être d’une manière globale, systémique et holistique comme on dit aujourd’hui. La santé était indissociable du bonheur et de la vie spirituelle. L’humain était considéré avec ses élans et aspirations intimes, ses pensées et ses émotions, et non seulement avec ses sensations et ses expériences physiques. Le patient était vu comme un tout interagissant avec son environnement et connaissant en son propre sein des interactions entre ses sous-systèmes. Aussi absurde que cela paraisse, cette vision pleine de bon sens, complexe et simple à la fois, a progressivement disparu, au profit d’une vision matérielle et morte.

Les soubassements implicites des thérapies énergétiques

Dans une perspective énergétique, il arrive souvent qu’on considère l’être humain comme un « complexe » corps-âme-esprit, qui serait constitué d’enveloppes de plus en plus subtiles, un peu comme les poupées gigognes. Nous en citerons 4, mais les différents modèles (principalement inspirés de la tradition de l’Inde) en présentent souvent 6 ou 7 : Thérapies énergétiques et coaching de l'énergie

Il faut bien voir que cette segmentation de l’être humain en « corps » ou en enveloppes, ou en plans, n’est qu’une modélisation théorique, car les limites entre ces différents plans ne sont pas étanches. A partir de quand, par exemple, quitte-t-on le plan énergétique pour n’être plus que dans le plan mental des pensées : il y a entre ces deux plans, une couche intermédiaire, celle des émotions, qui sont des interactions entre le corps et les pensées (une pensée telle que « je n’y arriverai jamais » ou bien « je ne le mérite pas » entraîne des effets sur les hormones (la chimie du corps) et les processus immunitaires par exemple. Et bientôt l’individu se sent triste ou découragé, en plus de ressentir une fatigue physique… donc, nous ne croyons pas utile de nous attarder trop longtemps sur ces modélisations, qui ne sont qu’une pédagogie pour faire comprendre et mettre sur la piste de l’expérience pratique. Thérapies énergétiques et coaching de l’énergie sont des approches fondamentalement pragmatiques, pour lesquelles la théorie n’est qu’un soutien, qui ne doit pas devenir un obstacle. Le but est d’être efficace en produisant des effets de soin et de performance, en travaillant avec l’énergie pour atteindre le plan concret. Toutes les approches reviennent toujours plus ou moins au même, quelle que soit la technique (ou l’intersession) envisagée : une personne vient en appui à une autre en mettant en résonance positive un système malade avec un système sain, si bien qu’un chaos ponctuel sera résorbé par l’ordre de l’Unité sous-jacente. Il s’agira toujours de ne pas « croire » à la situation telle qu’elle se présente, mais de la « voir » et de la projeter dans son potentiel de résolution et de perfection.

Interactions entre plans vibratoires

Essayer de modéliser n’est pas simple (ni absolument nécessaire dans le fond), parce que les techniques font chacune levier d’une manière spécifique sur un ou plusieurs plans. Les thérapies énergétiques partent souvent du principe que les plans interagissent entre eux, et que le haut sur-détermine le bas. Ainsi un dysfonctionnement physiologique est envisagé comme la conséquence d’une désharmonisation sur un plan du dessus, plus subtil, et gouverneur des plans d’en-dessous. C’est la raison pour laquelle thérapies énergétiques et coaching de l’énergie interviennent plus haut que le problème constaté. Cette stratégie vise à gagner du temps et de l’efficience. C’est ainsi en mobilisant le plan énergétique que les difficultés comportementales ou physiologiques sont résolues de l’intérieur et d’autorité par le système interne du patient lui-même. Thérapies énergétiques et coaching de l'énergie Les techniques agissent sur un ou plusieurs niveaux, et les niveaux interagissent entre eux :

Dans notre schéma, nous n’avons tracé que quelques flèches, pour en montrer le principe, mais selon les thérapies, certaines techniques peuvent avoir des résonances sur plusieurs plans, et certaines résonances peuvent provoquer des échos sur d’autres plans de l’être. Donc les thérapies énergétiques, ou le coaching de l’énergie, ne peuvent être cantonnées au strict domaine de l’énergie. L’exemple type est une séance de yoga, qui joue sur tout le spectre de notre constitution :

Dans ces conditions, il est difficile de classer le yoga dans une pratique purement énergétique, puisqu’elle intervient sur toute la gamme vibratoire de l’être humain. Et puis dans le yoga, il y a une multitude d’approches complémentaires. Pour n’en citer que quelques-uns :

Le yoga n’est ni une gymnastique, ni une thérapie, mais une démarche de spiritualité pratique. Il en va pourtant absolument de même avec les exercices chinois du Qi Gong (branche très ancienne de la médecine chinoise millénaire), qui touchent l’être sur plusieurs niveaux à la fois. On parle là de traditions multi millénaires, réparties sur des continents immenses. Donc ces simples mots (Yoga et Qi Gong) désignent des domaines de compétences et d’exploration gigantesques, qui ne peuvent être caricaturées par un classement réducteur.

Inspiration traditionnelle

Plus récemment, ces pratiques ont d’ailleurs inspiré des approches modernes. Et parfois leurs « inventeurs » sont très humbles et honnêtes, mais parfois aussi ils s’attribuent les plumes du paon en se bombardant découvreurs de pratiques, qu’ils n’ont pas « inventées », et dont ils n’ont aperçu qu’un tout petit bout. Malgré leur génie, ils sont alors un peu mégalomanes et ridicules devant l’immensité dont ils prétendent grossièrement s’attribuer la paternité 🙂

Rien de tout cela n’est nouveau ! Ce qui est nouveau c’est qu’on le redécouvre. Et une autre nouveauté remarquable, c’est aussi que la science le valide de plus en plus volontiers (comme dans le cas de l’EMDR reconnu par l’OMS, ou de la méditation pleine conscience de plus en plus pratiquée dans les hôpitaux, et dans une moindre mesure le magnétisme qui connaît un réel engouement dans certains hôpitaux américains, sous l’impulsion de Dolores Krieger notamment).

Exemples de thérapies énergétiques

Quelques mots, à titre d’exemple, sur les principes qui fondent quelques unes des thérapies énergétiques les plus connues. Il s’agit toujours de remettre de l’équilibre et de l’harmonie, dans une circulation globale. Parois on intervient sur la globalité, parfois on intervient localement sur une zone ou un point précis. Il y a pour cela, toutes sortes de techniques, mais à la base il y a toujours le don de  l’attention et le recours à la mise en mouvement physique.

Pour nous, il y a un lien évident entre ces 4 points de focalisation du thérapeute avec les 4 énergies de base (de même que les 4 accords toltèques, qui sont une hygiène de vie, reposent eux aussi selon nous sur les 4 éléments de la nature) : Certaines pratiques de guérison par la prière rejoignent cette approche. Elles consistent à demander une intersession à des forces ou des entités énergétiques. Ces prières sont plus ou moins « magiques » quand elles s’adressent aux forces élémentales de la nature (comme les gnomes, les ondines, les sylphes ou les salamandres) et plus ou moins mystiques quand elles s’adressent « plus haut » aux Anges de Dieu ou à Dieu lui-même. Parfois l’intersession est sollicitée auprès de prophètes, de sages ou de saints, ou bien encore auprès des manes des ancêtres…. Parfois aussi, la prière est recentrée sur « Dieu en soi », comme dans le cas de la pensée positive : on part de la réalité idéale qui est affirmée avec foi en lieu et place de la maladie ou du problème, et cette déclaration forte déclenche des forces intérieures pour recouvrer l’équilibrage recherché.

Masculin et féminin

Avant d’en terminer avec ce premier exposé, nous dirons encore quelques mots de la complémentarité des approches symboliques féminine et masculine dans le travail énergétique. Intéressons-)nous un instant à la complémentarité des approches solaires et lunaires dans thérapies énergétiques et coaching de l’énergie. Dans le quantum touch, par exemple, (qui est une appellation marketing récente pour désigner un soin à la fois magnétique et mental), il y ainsi eu successivement deux approche, très clairement identifiées et modélisées en masculine et féminine ::

Dans cette manière de travailler, le thérapeute se concentre sur le courant énergétique, qui circule entre ses mains et traverse la zone malade. Cette séance d’imposition peut être plus ou moins courte ou longue, selon le bobo à soigner, et aussi selon le style de thérapeute. Certains sont plus doux et mettent un peu plus de temps, tandis que pour d’autres, la connexion se fait immédiatement et dure très peu de temps. Le soin peut être plus abrupt, mais comme dans l’autre cas, ses effets se distilleront aussi en douceur après la séance.

Leibthérapie

Personnellement, j’avais travaillé quelques années avec une technique initiée par Karlfried Graf Dürkheim, qui s’appelle la Leibtherapie. Le mot « Leib » en allemand signifie je crois : « la vie (ou le corps) que l’on est » (par opposition au corps que l’on a, la machine qu’on conduit chez le médecin comme on conduit sa voiture au garage), une allégorie qui pourrait désigner l’âme… D’après ma propre expérience, dans cette thérapie, il s’agit de poser ses mains avec respect sur le corps du patient, successivement sur une dizaine de parties du corps environ, et de demeurer dans la présence pendant cette exploration à deux. Les mains sont comme une invitation, elles ne suggèrent ni la santé, ni la rectification, elles offrent le contact avec la Vie. Dans cette approche non intrusive et non ingérence du corps, il y a possibilité d’un contact très profond avec l’intérieur. Pour Wolfram Helke, mon enseignant, il s’agit d’un contact avec l’âme, à travers le toucher de la surface du corps. Pourquoi pas ? Si on approfondit l’expérience, il semble qu’il puisse y avoir deux circulations superposées :

Mais si les distinctions sont intéressantes pour apprécier les subtilités, comme un oenologue distingue des nuances dans un vin, qu’un simple amateur ne percevra pas, à mon avis, il ne faut pas trop s’exciter avec ça, parce que :

Il semble que la fasciathérapie, du moins celle que pratique Barbara citée plus haut, touche clairement le mouvement interne du corps physique. Et en ce sens les soins qu’elle prodigue ont des répercussions à la fois profondes et très concrètes. Pour revenir à la leibthérapie, il m’a semblé qu’elle concernait également le corps dans ses structures profondes, davantage que ses émanations fluidiques et énergétiques. Quant à la relation d »âme, qu’elle suggère et qui est évidemment encore plus subtile qu’une simple activation dynamique de l’énergie, elle n’est pas « déclenchée » par le toucher, cela se passe au-dessus de la technique thérapeutique et des intentions respectives du thérapeute et du patient. Ce sont directement les âmes elles-mêmes qui décident ou non de s’ouvrir et éventuellement de se livrer à un échange fluidique, si elles sont suffisamment en confiance et en affinité. L’âme est aussi une énergie, mais elle se situe au-dessus des énergies plus fonctionnelles, dont on parle habituellement, qui sont plus liées au corps (ce qu’on appelait plus haut : le corps énergétique).

Comparaison entre thérapies énergétiques et coaching de l’énergie

Dans ce partage, nous n’aborderons pas la question de la « preuve scientifique ». Pour plusieurs raisons :

Comme nous l’annoncions en début de cet article, nous allons proposer la comparaison entre thérapies énergétiques et coaching de l’énergie dans un prochain article, maintenant que nous avons sommairement campé le décor à propos de quelques thérapies énergétiques, citées à titre d’exemples. Dans ce prochain article, et dans notre webinaire sur les thérapies énergétiques et coaching, nous évoquerons des pratiques spécifiques au coaching de l’énergie, fondé sur la qualité de la relation, donc sur la qualité de la présence du coach. Le coaching de l’énergie combine l’approche féminine dans l’accueil respectueux et la non intention vis à vis du client au niveau profond de la relation, et l’approche masculine au niveau de la conversation de coaching, qui recourt à divers artifices de communication pour provoquer des effets d’insight sur le client.

Nous évoquerons comment réagir et intervenir efficacement quand un client demande par exemple :

A propos de l’effet placebo

Sur notre site commun, Frank Salles a écrit un très bon article sur l’effet placebo dans le coaching. J’aimerais, de mon côté,  y apporter quelques réflexions personnelles :

S’il ressent que le client a besoin d’un peu de confiance pour déclencher la première action, il va se connecter avec sa propre confiance de coach (en visualisant par exemple “comment il réussit bien” avec d’autres clients). Sans verbaliser quoi que ce soit, sans ”faire” quoi que ce soit. En faisant juste le pari que cette forme énergétique va atteindre l’autre et le contaminer positivement.

Le client ne sait pas ce que vit et fait le coach dans son for intérieur. L’éventuel transfert énergétique du coach vers le client (à mon avis réel mais à éviter), ou mieux encore : le déclenchement énergétique par le client envers son propre biotope, n’a rien à voir avec un effet de suggestion mentale. C’est un jeu objectif d’énergies entre intérieur et extérieur, comme lorsqu’un mage capte l’énergie d’une source ou d’une cascade pour revitaliser ou purifier un système. Tout ce qui est invisible n’est pas placebo !

  Au plaisir de vous retrouver bientôt…

Paul-Devaux-profile-picture

Paul Devaux

Coach professionnel

Depuis 25 ans, Paul pratique le Coaching professionnel en entreprise, dans une approche systémique. Accrédité à la Société Française de Coaching en 2008, il est également formateur et superviseur de Coachs depuis 2010. Egalement fondateur d'une école de coaching (voir NRGY-trainig.fr).

Articles similaires

Parce que vous avez peut être envie d'approfondir d'autres sujets

Niveaux de coaching : accédez à la profondeur !

Dans de précédents articles, j’avais proposé qu’un coaching niveau 2 était un coaching qui provoquait un changement de type 2 (voir l’article : résister au changement), c’est-à-dire un changement du cadre de référence qui sous-tend le système du client. ...

lire la suite arrow-read-more

L’essence du coaching

L’essence du coaching tient déjà dans les mots que l’on emploie pour en parler. Ainsi, réfléchissons à la signification le mot « coaché » et à son impact sur la relation de coaching…

lire la suite arrow-read-more

Thèmes de supervision de coaching

Quels sont les thèmes de travail possibles en supervision de coaching ? La liste est presque illimitée. Cependant certains thèmes reviennent assez fréquemment. Je vais vous en suggérer quelques uns, sur lesquels j’ai récemment accompagné ...

lire la suite arrow-read-more