Contrairement à la position haute, dominante, qui prétend savoir et pouvoir, la position basse est une position d’humilité, pour justement mieux laisser à l’interlocuteur la responsabilité de savoir et de pouvoir. En position basse, vous proposez, mais vous n’imposez pas.

 

Vous utiliserez volontiers des précautions oratoires ou solliciterez des « permissions » avant de prendre la parole. Par exemple : –       « Je me trompe peut-être, mais il est possible que… », –       « Sans être expert de cette question, je me demandais comment vous pourriez peut-être… », –       « Puis-je vous interrompre un instant, pour vous faire part d’une interrogation ? ».   Avec ces tournures, qui illustrent la position basse, votre objectif sera de laisser votre interlocuteur « maître du contenu » de l’échange, tout en vous appliquant à « manager le processus » de cet échange. C’est ce qui fait dire à certains que la position basse est la véritable position de pouvoir, puisqu’elle permet de piloter le contenu de l’échange à partir de son processus, presque sans en avoir l’air…   Attention : la position basse n’est pas hypocrite, il ne s’agit pas d’avancer le dos courbé pour mieux asseoir sa domination, en posant des devinettes qui conduiraient l’autre sans qu’il ne s’en rende compte vers la vérité que vous détiendriez ! Une vraie position basse est profondément paritaire, elle traduit un accompagnement et non pas une tentative pour guider.  

La position basse est idéale pour tendre le miroir

  La position basse est plutôt une position miroir, qui favorise la réflexion de votre interlocuteur : face à vous il réfléchit et devient encore  plus « intelligent » grâce à la caisse de résonnance que vous lui tendez, à partir de votre écoute active et systémique. Parfois, avec une bienveillance malicieuse et impertinente, c’est justement la position basse qui vous permettra d’ offrir des questions puissantes, qui l’aideront à repousser les limites de son raisonnement, à balayer ses angles morts, à prendre conscience de points aveugles, à s’ouvrir à de nouvelles perspectives…

Et si c'était le moment pour vous lancer ?

Découvrez si vous êtes fait pour le coaching, la certification RNCP, et les programmes de formation. Choisissez la bonne école. Discutons-en par téléphone !

En savoir plus

Paul Devaux

Coach professionnel

Depuis 25 ans, Paul pratique le Coaching professionnel en entreprise, dans une approche systémique. Accrédité à la Société Française de Coaching en 2008, il est également formateur et superviseur de Coachs depuis 2010. Egalement fondateur d'une école de coaching (voir NRGY-trainig.fr).

Articles similaires

Parce que vous avez peut être envie d'approfondir d'autres sujets

Reflet systemique

Dans une perspective systémique, un reflet systémique ou écho systémique est le renvoi du tout dans chacune des parties de ce tout. Chaque partie est en relation avec le tout et se reflète dans chacune ...

lire la suite arrow-read-more

Y a-t-il trop de coachs sur le marché ?

La question de savoir si on est déjà trop de coachs sur le marché revient souvent. Quand on dit « trop de coachs », on pense probablement à »trop » par rapport à la demande du marché. Du coup, ...

lire la suite arrow-read-more

L’importance du cadre du coaching !

A quoi sert le cadre du coaching ? Coup sur coup, cette semaine, deux clients m’ont sollicité pour sortir du cadre. Il m’a fallu m’en rendre compte, et faire ce que j’ai cru bon de faire ...

lire la suite arrow-read-more