Comment concilier coaching et spiritualité ? La Non dualité, ou approche de la vie d’un point de vue unitaire (ou non dualiste) est très à la mode. De mon humble avis, c’est plus qu’une mode, mais plutôt une avancée métaphysique qui se répand dans le monde entier, sans croyances, ni gourous. Juste une expérience directe à faire soi-même, tout de suite, pour réaliser notre véritable nature et cesser de souffrir par manque de lucidité et de maturité spirituelle. Dans cette perspective non-dualiste, qu’est-ce qu’un accompagnement en coaching spirituel ? Il n’y a pas d’effort à faire pour hiérarchiser sa vie entre spirituel et matériel (et laisser éventuellement la part belle à la spiritualité). 

La spiritualité, c’est vivre le quotidien en état de pleine conscience :

La vie spirituelle est non seulement au centre, mais elle est le centre ! Elle est aussi le pourtour, qu’on le veuille ou non, qu’on le sache ou pas… La vie spirituelle est la vie tout court. Il faut juste s’en rendre compte.

Et cela vient tout seul quand c’est mûr. Pas besoin de s’agiter. Pas d’effort, pas de « mérite », juste le flux naturel de l’énergie, si c’est l’heure pour soi de voir clairement notre condition et notre vraie nature. Et quand on s’en rend compte, la vie spirituelle ré-enchante le quotidien, parce que tout y est plus vivant, et forcément toujours neuf. Ce ne peut donc en aucun cas être une fuite, ou un refuge vers un ailleurs imaginaire.

C’est au contraire la seule manière d’être présent à l’instant présent, d’avoir les deux pieds sur terre et les yeux en face des trous. C’est très pragmatique de reconnaître le caractère spirituel de la vie, à chaque instant dans chaque situation. La vie spirituelle n’est donc pas que dans les monastères ou dans une grotte du Tibet. La vie spirituelle, c’est toujours ici et toujours maintenant. Pas la peine d’aller chercher bien loin ! 

Par la spiritualité, on peut embrasser la planète entière sans bouger de son toit…

Coaching et spiritualité

Le coaching spirituel est un coaching comme les autres, sauf qu’il n’exclut pas la dimension spirituelle de la vie.

Ce ne sont que des mots, mais si vous êtes esprit, alors votre vie est spirituelle… N’êtes vous qu’un squelette pensant ? Et d’où vous viendrait cette conscience, que vous ne pouvez pas ne pas constater ? Et que deviendrait-elle, cette conscience que vous “auriez” après le décès corporel ?  Même les scientifiques aujourd’hui reconnaissent rationnellement qu’il y a très peu de probabilités pour que la vie ne soit que matérielle. La vie est trop improbable pour qu’elle soit apparue par hasard, par combinaison aléatoire de tant de paramètres nécessaires à son éclosion, son maintien et son développement. En fin de compte, un coaching spirituel est tout simplement un coaching qui vous aide à répondre par vous-même (et pour vous-même) à ces questions que vous vous posez peut-être, et pour lesquelles la nécessité d’une réponse s’impose parfois impérieusement.

Pourquoi ne pas parler de coaching et spiritualité ?

Nous ne sommes pas racistes des mots, ils ne nous font pas peur, leur diversité ne représente pas un problème pour nous. Toutefois, précisons bien qu’il n’est pas ici question de “guidance spirituelle”, mais de coaching, donc de miroir et de rien d’autre :

L’être que nous sommes s’exprime au travers d’un « corps »;

Personnellement, cela ne me gène pas. Je trouve même que c’est assez pratique d’avoir des mots dans le vocabulaire, pour désigner les choses que l’on souhaite signifier. Pas vous ?

La France a peur des gourous.

Mais, en France ou l’anti sectarisme est aussi une secte redoutable, on a peur des mots, de certains du moins. Les mots de la spiritualité sont suspects… Cela ne m’émeut pas.

C’est bien de garder sa libre pensée, son « esprit critique », c’est inutile d’avoir peur, et surtout d’avoir peur de la spiritualité vraie qui est par définition à l’opposé des faux gourous ! Après avoir été victime du carcan religieux pendant des siècles (à côté de la noblesse du message originel et de certains êtres rayonnants, qui ont marqué l’histoire, il y a le poids de l’institution commerciale et politique, qui a souvent commis le pire sous prétexte d’évangélisation (inquisition, croisades, conquistadors, esclavage, pédophilie, et autres glorieux dérapages…). Dans les religions, il y a donc eu le meilleur et le pire… Et le pire est très lourd, c’est évident !

La France, pays de la liberté, est finalement très sectaire

Du coup, en France notamment, on évite aujourd’hui de prononcer certains mots comme « Esprit » (ou pire encore : le mot « Ame » qu’on n’emploie plus aujourd’hui qu’en poésie, ou dans le langage amoureux), on hésite à dire qu’on croit en Dieu par exemple, de peur d’être pris pour un naïf, un toutou qui suit le cortège désuet de ses grands parents, un doux rêveur new-âge, ou un fanatique illuminé. Et en effet, en les prononçant : on risque de faire fuir ceux à qui cela fait peur ou que cela rebute (avoir peur de quelques mots ! Est-ce bien raisonnable, tout de même  ?) ou d’attirer comme des mouches ceux qui n’ont que ces mots-là à la bouche… Ces deux cas sont respectables, mais ils ne nous concernent pas. Chacun est libre, et nous le sommes aussi…

Même pas peur 🙂

Nous n’avons ni peur, ni besoin de réassurance, ni envie de repousser ou d’attirer quiconque. Nous exprimons simplement dans nos articles et nos formations ce que nous expérimentions dans notre propre pratique, pour le partager avec ceux qui se sentent bien avec cette façon d’envisager les choses dans le coaching. Alors que chacun colle les étiquettes de son choix, et pourquoi ne pas parler de coaching spirituel en effet, si cela peut faire plaisir à certains ? Nous ne sommes pas racistes des mots, leur diversité ne représente pas un problème pour nous.

Etre serein, trouver la paix intérieure ?

C'est beaucoup plus simple que vous ne l'imaginez. Quelques séances de coaching peuvent vous aider à vous recentrer, à y voir clair et à prendre quelques décisions salutaires. Ne restez pas seul(e) avec votre difficulté. Voyez courageusement comment la résoudre, ou comment vivre avec !

Voir l'offre de coaching

Coaching spirituel ?

Pas besoin d’étiquette (voir notre article sur « spiritualité pratique » et « une vie spirituelle »)   Personnellement, j’aime tellement la liberté, que les sectes me font horreur, même les grandes (tellement grandes parfois, qu’on ne voit plus que c’en sont : par exemple la secte de ceux qui croient à tout ce que dit le journal télévisé, ou la secte de ceux qui travaillent toute l’année pour pouvoir partir enfin en vacances et commencer à vivre… alors qu’à l’évidence : la vie c’est toujours maintenant, et jamais après !).

Qu’est-ce qu’un coaching spirituel ?

Je trouve l’idée même d’un coaching spirituel assez intéressante, mais de quoi parle-t-on ?

Le coaching spirituel (ou pas), le coaching tout court est une approche contractuelle, qui vise l’atteinte de résultats que le client se fixe lui-même, à partir d’une relation de confiance, permettant une écoute impertinent et orientée solutions, qui l’aide à sortir de l’espace problème pour penser out of the box, et envisager de nouvelles optionsplus satisfaisantes et efficaces. « S’il te plaît : dessine moi un mouton… » Comme le mouton du petit prince de St Exupéry, la spiritualité est dedans, comme le reste. C’est au client de mettre ce qu’il souhaite dans son coaching. Comme je l’ai dit ailleurs, c’est vous le patron ! La démarche est tout autant spiritualiste que matérialiste. Elle n’a pas besoin d’ailleurs de ces qualificatifs, tous réducteurs. Elle intègre toutes les dimensions du sujet, mais ce qui est sûr c’est qu’elle s’applique à obtenir des résultats tangibles, définis par avance dans le contrat de coaching ! Tarifs de supervision

Coaching d’une personne qui se cherche spirituellement

D’ores et déjà de nombreux clients, qui n’abordent pas directement la spiritualité dans leur coaching, sont interpellés par des questions essentielles qui les sollicitent dans leur vie, professionnelle y compris. On est souvent confronté à clients qui cherchent implicitement des liens entre leurs enjeux de performance et le sens profond de leur vie. Intéressant. Cette démarche du client est même souvent fondatrice d’un coaching puissant, puisqu’il ose repousser ses propres limites. Il y a dans ces questions du client, une exigence de vérité intérieure et d’authenticité, qui vient chercher le coach en résonance systémique sur les mêmes diapasons. Et on pourrait imaginer, (comme cela m’arrive parfois), que des clients choisissent de travailler directement sur leur démarche spirituelle, qu’ils choisissent d’en faire l’axe principal de leur travail en coaching. Pourquoi pas ?

Ce sera d’ailleurs forcément un cas de plus en plus fréquent, parce que de plus en plus de personnes se mettent en Chemin sur le plan Spirituel, qui se posent des questions spirituelles, et s’engagent dans une transformation intérieure qui les bouscule, et les impacte dans tous les aspects de leur quotidien… Comme tout le monde, ils vont à droite et à gauche, regardent des conférences sur youtube, lisent des livres, font des stages, et finissent naturellement par avoir besoin de faire du tri, pour tirer leur propre synthèse, et mettre en oeuvre avec discernement ce qu’ils choisissent de conserver. Peut-être vaut-il mieux pour faire ce travail, un bon « coach, rigoureux et honnête », mieux qu’un « faux maître », pris dans ses propres croyances, et inconscient de ses tentatives d’influence et de récupération ? En effet, le coach n’étant pas un gourou, il n’offre pas de réponses, il propose des questions, qui challengent le client sur la manière dont il se laisse ou non trouver par l’esprit qu’il recherche…  

7 degrés d’élévation spirituelle

Quels sont les paliers d’élévation spirituelle, les degrés d’évolution de la conscience, qui peuvent caractériser votre qualité de présence en coaching ?

Dans cet article nous essaierons d’apporter quelques éclairages sur les paliers d’élévation de la conscience qui sont traversés au sein d’une démarche de développement de Soi.

Les voici numérotés de 1 à 7, mais évidemment ce n’est qu’une présentation pédagogique de quelque chose de beaucoup plus fin et complexe, qui souffre plein d’exceptions à la règle 🙂

N’allez pas vous faire du mal avec cette classification, elle ne sert qu’à vous donner envie d’explorer plus avant. Elle n’a pas vocation à vous enfermer dans un système, qui servirait à vous rassurer faussement ou vous désoler d’être si bas… Au contraire, la vie est une merveilleuse exploration. Regardez cela comme on feuillette les belles photos d’un catalogue de tour opérator, vantant les mérites d’une voyage splendide…

Dans le coaching de l’énergie, on ne travaille pas directement sur ces piliers d’élévation spirituelle. Mais il est intéressant de les reconnaître dans votre pratique, tant pour vous situer vous-même que pour repérer éventuellement où sont vos clients.

Le coaching de l’énergie, est une approche systémique, à la fois spirituelle, sensible et pragmatique, dans le sens où elle intègre la dimension de l’esprit, tout en étant résolument incarnée :

Les données exposées ci-après relèvent d’indications proposées dans les Vedas et les Upanishad de la tradition indienne (600 ans avt JC), ainsi que dans les « yoga sutra » du célèbre Patanjali, réputé comme l’un des théoriciens du yoga (environ 200 ans avant JC)

1-Niveau de base : survie instinctive

Le plus lourd des degrés de conscience est la conscience instinctive primaire. Recherche de satisfaction brute des besoins sexuels (sans forcément les correller à l’amour). Ce degré caractérise des individus assez grégaires, à la conscience grossière, chez qui le sens de l’importance la vie ou de la mort d’autrui est peu développé. C’est un palier très matérialiste (accumulation des biens, assouvissement des besoins primaires et des plaisirs des sens). Ni Divinité, ni survie après la mort ne sont envisagés à ce stade, sauf peut-être à travers des superstitions auxquelles l’individu n’adhère pas profondément.

2- Stade développement grégaire groupal

Développement du sens de la relations humaine, pour se sentir exister plus fort en s’entourant d’êtres qui rassurent et amplifient l’emprise sur le monde matériel. Croyance implicite que la valeur est proportionnelle au pouvoir sur autrui, aux biens possédées et que le bonheur est fonction des plaisirs éprouvés. Croyance craintive en l’existence d’un être suprême, avec lequel on pourrait négocier pour en obtenir des faveurs en échange d’offrandes.

3ème degré de conscience : individualisation mentale

Début d’individualisation. Mais vision binaire et monopolaire fondée sur l’antagonisme et la dualité (amour-haine, dominant-dominé etc.). Recherche objective de compréhension de la dimension spirituelle, souvent déléguée à des intermédiaires, sensés être experts (des prêtres religieux), ou bien cantonnée à l’étude scientifique inféodée à des croyances matérialistes non conscientes. Recherche de systèmes idéologiques pour se rassurer.

Ce stade de conscience caractérise tous les moments conscients de notre vie et représente près des deux tiers du temps. L’activité cérébrale y est évidemment supérieure aux deux premiers niveaux.

4ème degré de conscience  

Ouverture à l’amour désintéressé. Recherche de l’âme-sœur. Créativité artistique, recherche d’expression du beau, du bon et du vrai. L’accumulation de biens passe en second plan, la sensation d’être n’étant plus collée exclusivement à celle de l’existence. Perception intelligente des liens entre le physique, les émotions, l’intellect et la spiritualité. Sentiment de  responsabilité par rapport à ses pensées, émotions et actes.

Ce pallier de conscience, cultivé par la pratique méditative, induit des effets physiologiques, tant dans le cerveau que dans le corps : diminution du stress et de la pression artérielle, ralentissement du rythme cardiaque, activité hormonale ralentie, respiration plus régulière et plus subtile, activité cérébrale différente de celle de l’état de veille. On observe également un renforcement du système immunitaire. C’est comme si les batteries se rechargeaient. D’où l’intérêt, ne serait-ce que pour la vitalité, de pratiquer l’assise silencieuse de temps en temps (ou régulièrement). Par ailleurs l’expérience de cet état de conscience, aide à s’enraciner et procure de la stabilité psychologique.

Ce quatrième degré d’élévation spirituelle  de la conscience se manifeste lorsque nous méditons, tranquilles et silencieux, attentifs et alertes. Comme si nous étions témoin observateur de notre vie, nous acceptons de ne pas contrôler, tout en restant disponible et conscient de ce qui se manifeste dans le champ de la conscience, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

5ème degré d’élévation spirituelle

À ce niveau, la conscience se tourne vers elle-même : l’évidence s’impose que « je suis », telle une conviction première, n’ayant pas besoin de raisonnement pour se justifier. Découverte expérientielle de deux plans de conscience. En quelque sorte un avant plan et un arrière plan :

élévation spirituelle et plans de conscience

arrière plan de la conscience

A stade de développement de la conscience, l’individu s’est débarrassé de ses conditionnements, de ses tabous et de ses préjugés. Sa sensibilité perçoit l’unité sous-jacente à l’apparente dualité des phénomènes.

Rayonnement généreux et désintéressé, éventuellement : enseignement spirituel…

Dans cet état d’élévation spirituelle, sensation d’être relié au grand Tout de l’Unité. Désengagement progressif du sentiment restrictif d’être une entité séparée. La question de la comparaison ne se pose d’ailleurs plus. La conscience de « je suis » est unitaire. Ce niveau de conscience favorise l’émergence de l’intuition, par l’accès à une vision globale et unifiée des diverses situations de la dualité. Certains appellent cela la pleine conscience, qui se vit d’ailleurs facilement en état de méditation.Des dons plus ou moins exceptionnels et visibles peuvent alors se manifester (thaumaturgie, génie artistique, dons de prophétie, inspiration spirituelle, etc…).

Nota : divers dons de voyance ou de magnétisme peuvent n’avoir aucun rapport avec les degrés de conscience. Il y en a qui ont des flashs comme d’autres sont doués en chant ou en tennis. Cela ne fait pas d’eux des êtres doués d’une forte élévation spirituelle. D’ailleurs aux niveaux 1 à 3, les personnes douées peuvent en profiter pour asseoir une domination ou une fascination sur autrui à des fins de renforcement de leur ego.

6ème degré d’élévation spirituelle

Au 6ème stade de maturité de la conscience, en plus de nous ressentir comme une présence ou « la » présence (puisqu’à ce stade il n’ya pas de comparaison), nous sentons cette présence dans toute chose. Les croyants et les mystiques parlent alors de la présence de Dieu dans tout ce qui nous entoure, dans le visible et l’invisible, les minéraux, les végétaux, les animaux et chaque être humain.

A ce niveau de maturité de la conscience, l’être s’est désidentifié des contenus de son mental, pour accéder à une vision métaphysique Causale plénière. Dégagé de l’emprise de l’illusion (voir à ce sujet : « Le mythe de la caverne de Platon« ), il n’est plus rivé au sol par la fascination du monde et la soumission à la tyrannie de son ego.  Conscient de la Divinité en Soi (comme en chacun de ceux qui l’ignorent encore pour eux-mêmes) cet être cultive une certaine solitude, pour préserver des instants de communion profonde dans les 8 béatitudes.

7ème degré : Conscience de l’unité

Le septième niveau de conscience spirituelle est la conscience de l’unité. Nous pouvons le qualifier d’état d’illumination ou d’éveil spirituel. Nous semblons être connectés à l’intelligence infinie, et jouir d’une très grande confiance, totalement présents à l’instant présent.. Les facettes du moi sont vues depuis le « Soi » impersonnel et universel.

La vision est focalisée sur la dimension spirituelle immanente et transcendante à la matière. La matière n’est pas rejetée pour autant. Au contraire, elle s’illumine en tant que Tabernacle de La Présence, manifestation de l’Esprit.

Précaution à propos des degrés de conscience

Pour chacun des stades de développement, il faut distinguer le moment où on y fait une incursion furtive, une période de vie où certains aspects de ce stade commencent à poindre et le moment où le niveau de conscience est parfaitement intégré, au point de commencer à engager dans le degré suivant. Il est possible qu’on soit déjà un peu sur un degré tout en n’étant pas encore parfaitement établi dans un ou deux degrés en-dessous.

N’allez pas vous laisser enfermer dans cette brave mais pauvre classification (elles le sont toutes). Elle ne doit servir qu’à vous donner envie d’aller de l’avant. Nous aimerions stimuler en vous l’envie d’expérimenter, booster votre désir de vous dépasser, de sortir de l’identification à votre personnalité , pour que vous osiez être vous-même.

 

« Lumineux, au cœur même des Ténèbres  Immobile, au sein de la Tempête Lucide, parmi tous les aveuglements Paisible, souriant des Passions tourmentées

Cet Oeil du Cyclone se veut (Partout) l’inverse de la quantité asservie, le Dominant, vainqueur des dispersions. Il est ce Point Régnant, autour duquel les cercles agités sont soumis à l’Epreuve.

Et chacun d’entre nous, d’Où qu’il vienne, peut atteindre ce Refuge, s’il le désire vraiment.

Il faut pour cela, s’arracher des Griffes, en osant tout Broyer des prétentions qui, perfides, nous retenaient bassement.

Cultiver le Calme avec persévérance, un Calme discret, mais actif…et ce sera bientôt la victoire, la délivrance assignant les chimères.

Justice d’En Haut, dès lors sera rendue. Enfin, justice d’en bas, quelle qu’elle soit, deviendra (du même coup) Intérieurement dépassée.

« Cet Oeil du cyclone ici Perçu, qui jadis te murmurait dans la Nuit : ‘’Je suis la Paix’’, tu l’entendras maintenant distinctement te dire : ‘’en Noble Voyageur, tu as su Frapper – Je t’ai Ouvert – Je te donne ma Paix – Jusqu’au Zénith, quoi qu’il arrive ou n’arrive pas, désormais nous ne ferons plus qu’Un.’’

Je te l’affirme cher Lecteur, au Centre d’un tel Cyclone, tu Recevras cela ! 

Bonne Route, je te salue ! » – Jacques Breyer

Bonne route à toi aussi, Jacques, mon Ami pour l’éternité.

Paul Devaux

Coach professionnel

Depuis 25 ans, Paul pratique le Coaching professionnel en entreprise, dans une approche systémique. Accrédité à la Société Française de Coaching en 2008, il est également formateur et superviseur de Coachs depuis 2010. Egalement fondateur d'une école de coaching (voir NRGY-trainig.fr).

Articles similaires

Parce que vous avez peut être envie d'approfondir d'autres sujets

Pour la joie de travailler !

Qu’est-ce que la joie de travailler ? Peut-on vraiment être épanoui dans son travail au point de s’y sentir heureux ? Et d’abord : pourquoi travailler ? pour gagner de l’argent, pour nourrir ses enfants, préparer l’avenir ...

lire la suite arrow-read-more

Spiritualité pratique

Comment y voir clair dans sa vie, comment se mettre en ordre intérieurement, comment faire les bons choix, comment passer à l’acte pour tracer sa route, comment vivre une spiritualité pratique, c’est-à-dire une vie de ...

lire la suite arrow-read-more

Les 8 qualités d’être, qualités …

On pense souvent à évaluer le savoir et le savoir faire, mais plus rarement à évaluer le savoir être, ou les qualités d’être. Il faut reconnaître que c’est moins facile, parce que moins factuel. D’un autre ...

lire la suite arrow-read-more