L’être que nous sommes s’exprime au travers d’un « corps »;

Personnellement, cela ne me gène pas. Je trouve même que c’est assez pratique d’avoir des mots dans le vocabulaire, pour désigner les choses que l’on souhaite signifier. Pas vous ?

La France a peur des gourous.

Mais, en France ou l’anti sectarisme est aussi une secte redoutable, on a peur des mots, de certains du moins. Les mots de la spiritualité sont suspects… Cela ne m’émeut pas.

C’est bien de garder sa libre pensée, son « esprit critique », c’est inutile d’avoir peur, et surtout d’avoir peur de la spiritualité vraie qui est par définition à l’opposé des faux gourous ! Après avoir été victime du carcan religieux pendant des siècles (à côté de la noblesse du message originel et de certains êtres rayonnants, qui ont marqué l’histoire, il y a le poids de l’institution commerciale et politique, qui a souvent commis le pire sous prétexte d’évangélisation (inquisition, croisades, conquistadors, esclavage, pédophilie, et autres glorieux dérapages…). Dans les religions, il y a donc eu le meilleur et le pire… Et le pire est très lourd, c’est évident !

La France, pays de la liberté, est finalement très sectaire

Du coup, en France notamment, on évite aujourd’hui de prononcer certains mots comme « Esprit » (ou pire encore : le mot « Ame » qu’on n’emploie plus aujourd’hui qu’en poésie, ou dans le langage amoureux), on hésite à dire qu’on croit en Dieu par exemple, de peur d’être pris pour un naïf, un toutou qui suit le cortège désuet de ses grands parents, un doux rêveur new-âge, ou un fanatique illuminé. Et en effet, en les prononçant : on risque de faire fuir ceux à qui cela fait peur ou que cela rebute (avoir peur de quelques mots ! Est-ce bien raisonnable, tout de même  ?) ou d’attirer comme des mouches ceux qui n’ont que ces mots-là à la bouche… Ces deux cas sont respectables, mais ils ne nous concernent pas. Chacun est libre, et nous le sommes aussi…

Même pas peur 🙂

Nous n’avons ni peur, ni besoin de réassurance, ni envie de repousser ou d’attirer quiconque. Nous exprimons simplement dans nos articles et nos formations ce que nous expérimentions dans notre propre pratique, pour le partager avec ceux qui se sentent bien avec cette façon d’envisager les choses dans le coaching. Alors que chacun colle les étiquettes de son choix, et pourquoi ne pas parler de coaching spirituel en effet, si cela peut faire plaisir à certains ? Nous ne sommes pas racistes des mots, leur diversité ne représente pas un problème pour nous.

Coaching spirituel ?

Pas besoin d’étiquette (voir notre article sur « spiritualité pratique » et « une vie spirituelle »)   Personnellement, j’aime tellement la liberté, que les sectes me font horreur, même les grandes (tellement grandes parfois, qu’on ne voit plus que c’en sont : par exemple la secte de ceux qui croient à tout ce que dit le journal télévisé, ou la secte de ceux qui travaillent toute l’année pour pouvoir partir enfin en vacances et commencer à vivre… alors qu’à l’évidence : la vie c’est toujours maintenant, et jamais après !).

Qu’est-ce qu’un coaching spirituel ?

Je trouve l’idée même d’un coaching spirituel assez intéressante, mais de quoi parle-t-on ?

Le coaching spirituel (ou pas), le coaching tout court est une approche contractuelle, qui vise l’atteinte de résultats que le client se fixe lui-même, à partir d’une relation de confiance, permettant une écoute impertinente et orientée solutions, qui l’aide à sortir de l’espace problème pour penser out of the box, et envisager de nouvelles optionsplus satisfaisantes et efficaces. Coaching spirituel « S’il te plaît : dessine moi un mouton… » Comme le mouton du petit prince de St Exupéry, la spiritualité est dedans, comme le reste. C’est au client de mettre ce qu’il souhaite dans son coaching. Comme je l’ai dit ailleurs, c’est vous le patron ! La démarche est tout autant spiritualiste que matérialiste. Elle n’a pas besoin d’ailleurs de ces qualificatifs, tous réducteurs. Elle intègre toutes les dimensions du sujet, mais ce qui est sûr c’est qu’elle s’applique à obtenir des résultats tangibles, définis par avance dans le contrat de coaching ! Tarifs de supervision

Coaching d’une personne qui se cherche spirituellement

D’ores et déjà de nombreux clients, qui n’abordent pas directement la spiritualité dans leur coaching, sont interpellés par des questions essentielles qui les sollicitent dans leur vie, professionnelle y compris. On est souvent confronté à clients qui cherchent implicitement des liens entre leurs enjeux de performance et le sens profond de leur vie. Intéressant. Cette démarche du client est même souvent fondatrice d’un coaching puissant, puisqu’il ose repousser ses propres limites. Il y a dans ces questions du client, une exigence de vérité intérieure et d’authenticité, qui vient chercher le coach en résonance systémique sur les mêmes diapasons. Et on pourrait imaginer, (comme cela m’arrive parfois), que des clients choisissent de travailler directement sur leur démarche spirituelle, qu’ils choisissent d’en faire l’axe principal de leur travail en coaching. Pourquoi pas ? Ce sera d’ailleurs forcément un cas de plus en plus fréquent, parce que de plus en plus de personnes se mettent en Chemin sur le plan Spirituel, qui se posent des questions spirituelles, et s’engagent dans une transformation intérieure qui les bouscule, et les impacte dans tous les aspects de leur quotidien… Comme tout le monde, ils vont à droite et à gauche, regardent des conférences sur youtube, lisent des livres, font des stages, et finissent naturellement par avoir besoin de faire du tri, pour tirer leur propre synthèse, et mettre en oeuvre avec discernement ce qu’ils choisissent de conserver. Peut-être vaut-il mieux pour faire ce travail, un bon « coach, rigoureux et honnête », mieux qu’un « faux maître », pris dans ses propres croyances, et inconscient de ses tentatives d’influence et de récupération ? En effet, le coach n’étant pas un gourou, il n’offre pas de réponses, il propose des questions, qui challengent le client sur la manière dont il se laisse ou non trouver par l’esprit qu’il recherche…   Aller plus loin sur la question du coaching spirituel :

Paul-Devaux-profile-picture

Paul Devaux

Coach professionnel

Depuis 25 ans, Paul pratique le Coaching professionnel en entreprise, dans une approche systémique. Accrédité à la Société Française de Coaching en 2008, il est également formateur et superviseur de Coachs depuis 2010. Egalement fondateur d'une école de coaching (voir NRGY-trainig.fr).

Articles similaires

Parce que vous avez peut être envie d'approfondir d'autres sujets

Comment être attentif, présent et disponible ?

Beaucoup de personnes ont du mal à être attentif, à soutenir leur concentration plus de quelques instants. On appelle cela des troubles de l’attention. Toutes les personnes stressées trouveront un grand bénéfice à pratiquer les exercices ...

lire la suite arrow-read-more

Questions spirituelles pratiques

Qu’est-ce que des questions spirituelles pratiques ? On imagine bien ce que peuvent être des questions spirituelles : Qui suis-je, d’où viens-je, où vais-je ? Est-ce que Dieu existe ? Y a-t-il un sens caché ...

lire la suite arrow-read-more