La psychanalyse a inventé ce qu’on appelle « l’écoute flottante », mais pour autant : il ne s’agit pas de s’endormir pendant que le patient raconte des sornettes ! 🙂

L’écoute flottante est une technique d’écoute globale, qui intéresse le Coaching.

Voici un petit truc pour vous distancier quand vous vous surprenez à être trop “collé” à l’autre dans votre écoute, ou trop actif dans votre tête au lieu simplement d’accompagner votre client qui travaille : Prenez appui sur autre chose, qui soit extérieur à la relation, pour créer un écart dans votre attention, sans pour autant perdre de vue ce que vous continuez d’écouter en même temps.

Par exemple : Cette personne vous dit des choses depuis un bon moment, et vous commencez à vous perdre, ou à entrer dans la confusion (ou à vous ennuyer et somnoler malgré vous, ou encore : à vous passionner, à terminer mentalement ses phrases, à vous enthousiasmer pour les idées qui vous viennent, etc… ). L’un et l’autre état ne traduisent pas un accompagnement calme qui reste à sa place, et qui rayonne positivement et discrètement…

L’idée est de vous mettre volontairement à écouter autre chose EN MEME TEMPS que le contenu du discours. Mais cela suppose de garder un peu de recul dans votre implication, un peu d’espace dans votre engagement, pour entendre autre chose que ce que dit le client, en même temps que vous l’écoutez attentivement. Il ne s’agit pas d’écouter autre chose, mais d’entendre autre chose… Vous sentez la nuance ?

Par exemple :

Pratiquer ainsi quelques instants cette « ouverture centrée » ou cette « écoute en dehors du cadre », qui prend appui sur le discours et la relation d’une part mais aussi sur un élément extérieur d’autre part. En appréciant l’effet provoqué par cet “écart” volontaire, vous ne tarderez pas à apercevoir autre chose que ce qui se tient stricto sensu dans le contenu du discours de votre interlocuteur, en lien probablement avec ce qui se joue dans la relation (tant il est vrai que tout résonne avec tout, si vous y êtes attentif…) Attention : nous ne proposons pas d’écouter autre chose à la place, mais d’écouter autre chose en plus. Et il s’agit de choisir quelque chose de mineur, de périphérique qui ne vous capte pas trop au détriment de votre travail.

L’écoute flottante, c’est un peu comme le bourdon dans la cornemuse…

ecoute flottante et cornemuse

Ecouter deux choses en même temps provoque un flottement de l’attention

Ce son grave qui accompagne les notes d’ornement. La juxtaposition des deux provoque un effet saisissant : la mélodie changeante se détache sur un fond d’unité dont la permanence est également manifestée. Une telle écoute de deux éléments séparés et complémentaires peut provoquer une petite « transe » sans danger. Rassurez-vous : vous ne risquez pas de tomber en catalepsie, mais vous entendrez à la fois hors de vous et comme à l’intérieur de vous, à la fois les détails et l’ensemble… Et cette perception double vous procurera des inspirations étonnantes, en lien avec la situation et au service de votre client. Avez-vous déjà fait ce genre d’expérience ? Vous pourriez aussi porter votre attention sur l’espace entre les mots, ou l’espace entre les objets, pour provoquer cette “ecoute flottante”. C’est comme si vous vous décentriez, mais sans sortir de ce centre. Les mots peinent à décrire l’effet ressenti (probablement différent pour chacun). Mais nous encourageons tous ceux qui pratiquent l’écoute professionnelle à tenter ce genre de « pas de côté », pour mieux expérimenter l’effet de centration qu’ils provoquent simultanément. Par exemple, en cessant d’écouter le contenu du discours du client, vous ne risquez pas de ne plus l’entendre et de perdre le fil. En revanche, vous vous offrez la possibilité d’entendre d’autres choses en plus, qui par comparaison (ou plus exactement par juxtaposition) vont provoquer un « effet de relief » et vous inspirer de nouvelles ouvertures, vous permettre d’entendre encore mieux le contenu du propos tenu par votre interlocuteur, et provoquer des changements intéressants dans la relation (et par voie de conséquence dans le monde intérieur du client)…

Ecoute flottante : « Boire les paroles »… la bouche ouverte

Il m’arrive aussi d’ouvrir la bouche quand j’écoute attentivement quelque chose, comme pour boire ou aspirer ce que j’entends. On n’est pas obligé de laisser entrer des mouches dans sa bouche à ce moment-là, l’ouverture peut être discrète, juste une entrouverture qui laisse passer un filet d’air, que vous respirez un peu par la bouche. Et vous verrez : il se passe autre chose, on entend autre chose, en écoutant autrement. Amusez-vous bien !

Cela va peut-être vous surprendre, mais j’ai trouvé dans ce témoignage de Matthieu Kassovitz, une belle illustration de ce qu’est l’écoute flottante dans la boxe.

Ecoutez plutôt :

Paul-Devaux-profile-picture

Paul Devaux

Coach professionnel

Depuis 25 ans, Paul pratique le Coaching professionnel en entreprise, dans une approche systémique. Accrédité à la Société Française de Coaching en 2008, il est également formateur et superviseur de Coachs depuis 2010. Egalement fondateur d'une école de coaching (voir NRGY-trainig.fr).

Articles similaires

Parce que vous avez peut être envie d'approfondir d'autres sujets

Etat de présence (en coaching)

Pas besoin de devenir moine bouddhiste, lama tibétain ou maître de yoga pour être simplement là, présent « maintenant » auprès de votre client, sans intention et sans projet, dans une posture d’accompagnement, proche et chaleureuse. Dans ...

lire la suite arrow-read-more

Vendre le coaching

Vendre le coaching est un des piliers du métier de coach ! Pour réussir dans le business de coach, il ne suffit pas d’être un bon coach (bien formé et supervisé, bien aligné dans ses ...

lire la suite arrow-read-more