Dans notre formation coaching d’équipe et au leadership positif, nous prenons appui sur le modèle des 4 éléments : Terre, Eau, Air, Feu

Les 4 éléments de la maîtrise de soi

Choisir cette formation au coaching

Le coaching d’équipe est un métier à part entière avec :

Il faut beaucoup s’entraîner et pratiquer pour maîtriser ce métier. En effet, le coaching d’équipe ne souffre pas l’amateurisme, parce que l’équipe est une entité collective qui a beaucoup de pouvoir, au sein de laquelle circulent des énergies fortes, qui peuvent causer du dégât si on les canalise mal. Le coach peut causer des torts considérables, mais il peut aussi s’en prendre lui-même plein la tête s’il ne prend garde à bien se positionner. Il y a de nombreuses pratiques utiles dans le coaching d’équipe, qui requièrent des savoir faire spécifiques, finalement assez peu répandus. Donc on n’a généralement pas tellement de souvenirs de les avoir vus pratiqués :

Toutes ces pratiques sont faciles à comprendre, mais pas si faciles à mettre en oeuvre. Pour exceller dans cet art, vous devez beaucoup vous entraîner. C’est pourquoi, notre formation est construite avec 75% de training. Et, pour que vous exerciez vos talents dans votre propre style de coachingles formateurs vous aideront à repérer vos points forts et vos axes d’amélioration (et vous pourrez aussi vous appuyer sur notre référentiel de compétences de coach d’équipe).

Les 4 phases logiques d’un coaching

Ces 4 phases se complètent logiquement, mais ne sont pas forcément rigoureusement successives : prenons ces 4 phases avec une certaine souplesse : elles ne sont qu’un point de repère pour se comprendre, un outil pour nous aider à bâtir un accompagnement qui tienne la route, pas un carcan pour nous enfermer.

formation au coaching d'équipe CONTRAT : Avant de démarrer un accompagnement, il est nécessaire de se mettre d’accord au moins sur la destination et les modalités de travail (poser le cadre finalement : le cadre de l’accompagnement, mais aussi le cadre de la séance, voir le cadre d’une séquence de la séance). C’est ce que nous appelons le contrat ! Définir les résultats et leurs bénéfices, les indicateurs, les échéances, les étapes, etc… En coaching, cela se fait sur la ligne de départ.

OUVERTURE : Ensuite, il faut bien envisager sur quoi prendre appui pour poser un pas en avant… C’est l’occasion pour le client de mettre à plat son cadre de référence. Le coach observe la manière dont la relation se met en place avec ce client. Elle en dit long sur les modes de fonctionnements du client, ses points d’appui et ses potentiels. C’est dans cette phase du travail, où l’on évoque aussi les freins, les difficultés, les empêchements de toutes nature (croyances limitantes, limites énergétiques et émotionnelles, contraintes objectives, carences de compétences et de moyens, etc…). C’est donc notamment à cette occasion que le coach entend comment le client pose son équation, comment il s’enferme tout seul à l’intérieur du problème, comment il s’y prend pour ne pas trouver les solutions qu’il cherche. Cette phase de recherche des appuis et des entraves du client est souvent l’opportunité pour le coach de consolider la relation depuis une qualité de Présence et une écoute profonde, qui se traduira entre autres par des feed-backs positifs, des reformulations gratifiantes, des validations et la modélisation des ressources du client… C’est à l’issue de cette phase que se produiront fréquemment des insights chez le client, qui peuvent parfois déboucher sur de nouvelles perspectives qui le libèrent de ses contraintes mentales. Cela s’obtient par des questions de plus en plus « impertinentes », de plus en plus confrontantes !

SOLUTIONS : Quand le champs des possibles est enfin ouvert et que l’espace solutions s’ouvre devant le client, il lui reste à bâtir une solution avec des options nouvelles, depuis le nouveau point de vue envisagé qu’il s’est dégagé (voir : orientation solutions)

ENGAGEMENTS : Il est alors temps d’engager des actions concrètes, avec des premiers pas stimulants et encourageants, puis de les ancrer sur la durée pour pérenniser le mouvement vertueux. C’est le moment d’intégrer, de digérer, de métaboliser les effets de l’insight. C’est l’occasion pour le coach de challenger son client avec des questions qui l’amènent à s’engager, à préciser son tir, à anticiper sur la suite, à se projeter sur le résultat, à réunir les conditions de réussite, à capitaliser sur ses prochaines victoires rapides.

Paul-Devaux-profile-picture

Paul Devaux

Coach professionnel

Depuis 25 ans, Paul pratique le Coaching professionnel en entreprise, dans une approche systémique. Accrédité à la Société Française de Coaching en 2008, il est également formateur et superviseur de Coachs depuis 2010. Egalement fondateur d'une école de coaching (voir NRGY-trainig.fr).

Articles similaires

Parce que vous avez peut être envie d'approfondir d'autres sujets

Favoriser l’insight en coaching

L’insight en coaching est un moment d’illumination, une soudaine prise de conscience du client, qui éclaire son problème d’un jour nouveau, mettant en lumière brusquement de nouvelles perspectives, tout en l’ouvrant à de nouvelles solutions. ...

lire la suite arrow-read-more

L’écoute professionnelle de coach

Un exemple d’écoute professionnelle mal canalisée : « Ce client me prend la tête, à me noyer sous un flot d’informations techniques sur la complexité de sa situation. Il expose longuement et en détail toutes ...

lire la suite arrow-read-more