L’essence du coaching tient déjà dans les mots que l’on emploie pour en parler. Ainsi, réfléchissons à la signification le mot « coaché » et à son impact sur la relation de coaching… N’est-ce pas très important de bien comprendre ce qu’on dit et d’être précis dans le choix des mots qu’on emploie quand on a un métier d’experts du Language ?

Dans l’essence du coaching, le client est actif !

Le mot « Coaché », définit le bénéficiaire du coaching de façon passive, comme s’il était un objet et pas un sujet,  acteur et auteur de son coaching. On s’étonne ensuite que les coachs donnent des conseils au lieu de se contenter d’accompagner.

L'essence du coaching

Prendre contact avec votre prochain superviseur

Il paraît que c'est toujours "maintenant" le meilleur moment pour se mettre en chemin vers l'excellence ! Prenez donc contact par téléphone. En une demi-heure, nous verrons ensemble quelle valeur devrait créer pour vous un dispositif de supervision, pour vous aider à progresser dans votre art du coaching. Faire décoller votre business, créer votre prochain client, optimiser vos séances, la supervision va vous faire cranter en avant d'une manière significative.

Notre premier échange en mode supervision ?

La relation de coaching est fondamentalement paritaire

Le misérable mot « coaché » ne désigne le bénéficiaire du coaching uniquement que  par sa relation au coach (qui du coup prend une place centrale qui n’est pas la sienne). Du coup, on perd la notion de parité entre deux sujets, autonomes et acteurs de leur vie !

Contraire à l’essence du coaching

Vous voyez : C’est contraire à l’esprit du coaching par deux aspects. Vous ne trouvez pas que c’est déjà beaucoup pour un seul mot, alors que nous sommes sensés être des experts du langage et de la sémantique  ?   Certes dans le mot client, il y a le côté mercantile, mais cela ne nous gêne pas, puisque c’est la réalité : le client paye !

Aimeriez vous être des « clientés » ?

Je passe mon temps dans les formations à expliquer aux stagiaires qu’eux même n’aimeraient probablement pas qu’on les appelle des « clientés »… J’ai pris moi-même conscience de cette subtilité (assez énorme) lors d’une formation qu’animait Alain Cardon, que j’ai trouvé très pertinent une fois de plus ce jour-là.

Paul Devaux

Coach professionnel

Depuis 25 ans, Paul pratique le Coaching professionnel en entreprise, dans une approche systémique. Accrédité à la Société Française de Coaching en 2008, il est également formateur et superviseur de Coachs depuis 2010. Egalement fondateur d'une école de coaching (voir NRGY-trainig.fr).

Articles similaires

Parce que vous avez peut être envie d'approfondir d'autres sujets

Pourquoi et comment devenir coach professionnel

De plus en plus de managers confirmés, ou de personnes passionnées par le développement personnel et la relation humaine veulent devenir coach professionnel. A première vue, la perspective est attrayante. Mais le chemin est-il aussi ...

lire la suite arrow-read-more

Poser le cadre du coaching dès le départ

Le coaching est une approche contractuelle : il faut donc un cadre du coaching, pour qu’il s’inscrive dans les termes du contrat, et qu’ainsi, prise entre « les mâchoires » d’un contexte choisi en ce sens, la prestation puisse délivrer sa pleine ...

lire la suite arrow-read-more

Cas de coach débutant : ce coaching …

Dans cette séance de supervision d’un coach débutant, nous verrons : Ce qui le bloque dans l’avancement de son travail avec un de ses premiers clients L’ambivalence dans laquelle peut se trouver malgré lui un ...

lire la suite arrow-read-more